On en sait un peu plus sur le profil de l'auteur présumé du triple meurtre dans la Drôme. Actuellement entre les mains de deux experts psychiatriques, Fissenou S. était connu des services de police, mais pour des faits d'une tout autre importance. Condamné à quatre reprises par un tribunal correctionnel pour des histoires de vols et trafic de stupéfiants, il venait même d'effectuer une peine de 7 mois de prison à la maison d'arrêt de Fresnes. Relâché en septembre, le jeune homme de 23 ans, originaire de Beauvais, ne faisait apparemment pas l'objet d'un suivi spécifique au niveau judiciaire...

Un raté médical ?

Pourtant, les premiers éléments de l'enquête semblent affirmer que Fissenou S.

Publicité
Publicité

était soumis à un traitement médicamenteux depuis quelque temps, notamment en raison de troubles psychiatriques. Les différents protagonistes ayant eu à intervenir dans ce domaine ont-ils sous-estimé la dangerosité de l'individu ? Le suivi était-il suffisant ?

Selon son entourage, le jeune homme était constamment sujet à des problèmes de comportement. "Il a toujours eu un côté parano" déclare sa soeur. "Mais depuis sa sortie de prison, il était devenu vraiment bizarre. Il nous disait qu'il y avait des esprits dans la maison".

Même si ces déclarations confirment une fulgurante dégradation psychologique du mis en cause, elles ne correspondent pas à la réalité des faits. Quand le procureur Alex Perrin fait référence aux scènes de crimes et au supposé déroulement de cette nuit tragique, il parle de "sauvagerie, de réelles violences". En l'espace de quelques heures, le suspect aurait donc été l'auteur d'un triple meurtre (à coups de couteau) et de plusieurs agressions sur des automobilistes, dans la région de Valence.

Publicité

Avant ça, il avait été débarqué à deux reprises des trains qu'il occupait (depuis Marseille en direction de Paris), après des accrochages avec des passagers et des employés.

Lors de son interpellation à la gare de Valence (après la seconde expulsion), Fissenou S. avait demandé à être hospitalisé. Conduit aux urgences de l'hôpital dans la foulée par les pompiers et les forces de l'ordre, il a cependant pris la fuite avant d'être examiné. À ce stade de l'enquête, les circonstances de cette "dérobade" demeurent floues.

Les prochaines heures seront déterminantes pour l'auteur présumé de cette boucherie, actuellement soumis à une analyse psychiatrique censée évaluer sa responsabilité pénale. La lumière devra également être faite sur les hypothétiques dysfonctionnements survenus dans cette affaire, à tous les niveaux, notamment depuis la sortie de prison du suspect.

À voir dans la rubrique faits divers, "Doubs, le nouveau gang des Albanais". #Justice #Fait divers #Société