Le célèbre site d'information en ligne #Riposte laïque et son fondateur Pierre Cassen ont retrouvé le sourire en fin de semaine. En effet, après le harcèlement subi par cette association devant la 17 ème chambre correctionnelle de Paris, et la condamnation, le 6 avril, de son éditeur Suisse (ce qui a soulevé une levée de boucliers et d'indignations en Suisse où le député suisse Addor refuse que la justice française soit la police mondiale de la pensée), le tribunal correctionnel de Lyon a relaxé Riposte Laïque et un de ses contributeurs de toutes les poursuites engagées par un directeur de maison d'enfants de l'Ardèche.

Contrairement au 6 avril 2016, où la 17ème Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris avait condamné un citoyen suisse, Alain Jean-Mairet, en sa qualité de rédacteur responsable – à l’époque – du site d’informations Riposte Laïque, édité par Riposte Laïque Suisse, suite à un article écrit par un apostat Tunisien, le tribunal correctionnel Lyonnais a refusé de condamner l'association Riposte Laïque, qui prenait la défense de jeunes pensionnaires d'une maison d'enfants à caractère social de l'Ardèche.

Publicité
Publicité

Dans un article publié en décembre 2015 et intitulé "orphelinat : la galère de Noël pour les enfants placés", l'association Riposte Laïque dénonçait un fait de société en Ardèche. Comme cela a été expliqué en audience publique devant le tribunal correctionnel de Lyon, le rédacteur de l'article s'est procuré les procès verbaux internes de la Maison Pour Vivre de Tournon sur Rhône. Dans ces documents, le directeur de l'établissement a consigné, année après année, les dysfonctionnements de Maison Pour Vivre de Tournon sur Rhône, notamment l'absence d'eau chaude dans les douches des jeunes pensionnaires pendant plus de deux ans. Sans faire effectuer les réparations nécessaires !

L'article incriminé reprenait de larges extraits des procès verbaux rédigés par le directeur Xavier de Guiran et s'indignait des conditions de vie infligées aux jeunes pensionnaires, placés en ces lieux par des juges des enfants, qui ne sont jamais venus sur place pour vérifier les conditions de vie.

Publicité

Le directeur Xavier de Guiran ajoutait même cette phrase laconique au bout de deux ans : "Les travaux n'ont pas suivi...".

Des jeunes pensionnaires privés d'eau chaude dans les douches pendant plus de deux ans

Furieux que les dysfonctionnements de Maison Pour Vivre de Tournon sur Rhône soient livrés sur la place publique, le directeurs de cette Maison d'enfants à caractère social avait assigné pour diffamation, via une citation directe, Riposte Laïque et l'auteur de l'article devant la 6 ème chambre de la Presse du tribunal correctionnel de Lyon. Au vu d'un dossier digne des "Misérables" de Victor Hugo, les juges Lyonnais ont reconnu le bien fondé de l'article incriminé et publié par Riposte Laïque, qui prenait la défense de tous les jeunes pensionnaires de Maison Pour Vivre, sans distinction de race, puisque cette structure accueille aussi 16 mineurs isolés étrangers. Selon Maître Didier Lacombe, l'un des avocats de la défense avec Maître Frédéric Pichon, "Je confirme que nous avons été relaxés des faits de la poursuite et que les plaignants ont été déboutés de l’intégralité de leurs demandes....".

Dans une France alarmée et tétanisée par le terrorisme, où le Ministre Urvoas se transforme en "moine-soldat" de l'anti-terrorisme, où beaucoup de citoyens se demandent si nos mesures anti-terrorisme constituent un arsenal législatif adapté , où six millions de citoyens vivent sous le seuil de pauvreté, le directeur de Maison Pour Vivre, Xavier de Guiran, aurait été bien inspiré de consacrer les milliers d'euros gaspillés en frais de #Justice et d'avocats au confort quotidien des jeunes pensionnaires de la structure.

Publicité

Car les sommes allouées à cet établissement par les pouvoirs publics sont uniquement destinées aux jeunes pensionnaires et aux salaires des dévoués éducateurs.