Les Parisiens connaissent ces restaurants fourbissant les casseroles et pots en cuivre de leurs devantures. Ils sont huit, dont, à Paris, ceux de la Porte-Maillot, de Saint-Michel, de l’Opéra et des Champs-Élysées. Mais ils sont aussi présents à Bougival, porte de Versailles, Boulogne, au Petit-Clamart… Aux menus, des plats français traditionnels, et des rôts (notamment de poulets fermiers). Question poulets, c’est l’inverse qui se produit : Stanislas Dewynter, 36 ans, s’est fait rôtir par la police. Mis en examen le 18 novembre dernier pour ‘’escroqueries, abus de biens sociaux, banqueroute par détournement d’actifs, tenues de comptes falsifiées, blanchiment aggravé’’, sa carte est pleine et ses employés et investisseurs lésés pourront le visiter derrière les barreaux.

Publicité
Publicité

Malversations diverses

Stanislas Dewynter aurait empoché 3,4 millions d’euros en rémunérations indues et surtout fait de la cavalerie entre diverses sociétés, et se serait livré à diverses malversations au détriment d’investisseurs, partenaires ou fournisseurs. Des administrateurs et des financiers avaient obtenu l’ouverture d’une enquête par le parquet de Nanterre au printemps dernier. Stanislas Dewynter avait pris le contrôle des divers restaurants en 2012. Depuis, il organisait des transferts de fonds entre ses sociétés au profit de ses holdings, SDW et Financière SD. Il aurait aussi mis la main sur des recettes en espèces des divers restaurants. Il dirigeait pas moins de 23 entreprises. Les restaurants #Chez Clément, employant près de 500 salariés, avaient été vendus par le groupe des Frères Blanc pour 35 millions d’euros.

Publicité

L’acheteur avait débuté dans la #restauration avec le K’fé Court de la porte Dauphine, en 1999. Ses acquisitions d’autres restaurants, dont ceux des musées des Arts décoratifs et de Grévin, s’étaient accélérées. Cette arrestation met à présent neuf établissements et plus de 300 personnes en difficultés dont les huit Chez Clément, l’enseigne ayant été mise en redressement judiciaire. Mais son propriétaire possède aussi d’autres établissements, des restaurants parisiens et l’hôtel de l’Ermitage, sur les hauteurs de Saint-Tropez. Voici quelques jours, il confiait encore au Monde qu’il espérait restaurer la situation des Chez Clément, victimes, comme d’autres, d’une forte baisse de fréquentation. La situation est difficile pour pratiquement tous les établissements situés dans les zones touristiques parisiennes. Le groupe Flo (qui possède aussi les marques Hippopotamus et Bistro romain, ainsi que diverses brasseries prestigieuses) est aussi en difficulté. Mais l’arrestation de Stanislas Dewynter, annoncée ce soir par Le Figaro et Le Parisien, aura des répercussions dans diverses villes de France.

Publicité

Il avait pris le contrôle ou des participations dans de très nombreux établissements, dont deux à Strasbourg. Il était aussi associé dans la boîte de nuit Castel… Le cauchemar ne sera pas qu'en cuisine dans de nombreux établissements. Le fait divers pourra aussi inspirer les scénaristes de la série Chefs. #restaurant