Un nouveau drame a frappé la région du Manitoba, au Canada. Selon les informations rapportées par la Gendarmerie royale du Canada, le corps d'une jeune a été retrouvé dimanche soir du côté de Sagkeeng. Selon les premiers éléments, il s'agit de Serena McKay, âgée de 19 ans seulement, étudiante à l'école Sagkeeng Anicinabe. Dans le cadre de cette affaire, deux adolescentes ont d'ailleurs été interpellées. En effet, elles sembleraient avoir participé à la diffusion, et peut-être à l’enregistrement, d'une vidéo diffusée en direct sur Facebook où l'on voit une jeune femme tabassée à mort à coups de pieds et de poings alors qu'elle baigne dans son sang.

Publicité
Publicité

Il s'agirait justement de Serena McKay. Plusieurs voix sont entendues autour de la victime sur cette vidéo, mais la Gendarmerie royale du Canada poursuit actuellement son enquête afin de déterminer l'identité de tous les participants à cet acte odieux.

Quand Facebook Live devient Facebook Death

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'une mort est diffusée en direct sur un réseau social. Pas plus tard que la semaine dernière, un homme s'est filmé en direct en train de commettre un #Meurtre, du côté de Cleveland. Une vidéo qui a fait le buzz et qui créé le scandale du côté des États-Unis. Après plusieurs jours, l'auteur de cet acte avait finalement été dépassé par toute cette affaire et s'était suicidé. Ce genre d'acte choquant se produit tellement souvent désormais que beaucoup ont renommé Facebook Live en Facebook Death.

Publicité

« Nous retirons des images violentes quand elles sont partagées par plaisir sadique ou pour célébrer ou glorifier la violence », a tenu à réagir la communication du site Facebook.

Quelle réaction de la part de Facebook ?

Dans les colonnes du Guardian, Jacqueline Helfgott, professeur et présidente du Département de la justice pénale de l'Université de Seattle, pense que le phénomène ne fera que s'aggraver. Selon elle, la société actuelle réclame de faire le buzz, même pour des meurtres. « Un média comme Facebook, où une personne peut atteindre instantanément la célébrité ou la notoriété, peut constituer un facteur de risque pour certains types de comportements criminels ». Il est probable que le Facebook décide de réagir dans les semaines et mois à venir devant l'ampleur prise par le phénomène. Pour rappel, le système Facebook Live avait été lancé pour répondre à la concurrence de l'application Periscope. #Crime #Fait divers