En guerre avec sa famille, en particulier avec sa fille, et esseulée après la mort de son mari en 2007, Liliane Bettencourt trouve refuge en son ami #François-Marie Banier, un photographe mondain qui devient rapidement son plus proche confident. A tel point que la milliardaire signera le 11 décembre 2007 un "testament authentique" pour régler sa succession et écarter sa fille unique, Françoise Bettencourt Meyers, afin de désigner son ami comme légataire universel.

Le malheureux héritier

Très vite suspecté de vouloir manipuler la vieille dame atteinte de la malaide d'Alzheimer, Banier plaide pour sa défense : "C’est Madame Bettencourt qui a demandé à revoir les dispositions testamentaires". Avant d'ajouter d'un air outré : "Pour ma part, j’étais ulcéré ! Je ne suis pas là punching-ball placé entre la mère et la fille. J’ai trouvé ça odieux et d’une bêtise absolue."

Soupçonné d'abus de faiblesse au préjudice de l'héritière de L'Oréal, Banier nie les rumeurs d'adoption par #Liliane Bettencourt au cours de l'année 2007.

Publicité
Publicité

Pourtant Pascal Bennefoy, le majordome à l'origine des enregistrement réalisés chez la milliardaire, affirme le contraire devant la justice : "Il a eu l’arrogance de dire à Madame Bettencourt "Je suis le fils que vous n’avez jamais eu". Devant moi, il lui a dit à deux reprises : "Adoptez-moi ! Adoptez-moi !" C'est après avoir entendu parler de ce projet d'adoption que la fille de Liliane Bettencourt a décidé de porter plainte le 19 décembre 2007. Le 24 août 2016, François-Marie Banier est condamné en appel à 4 ans de prison avec sursis et 375 000 euros d'amende. #L'Oréal