Le 27 août, dans la nuit de samedi à dimanche, la petite Maëlys a été portée disparue alors qu'elle s'amusait avec sa famille et ses parents à une fête de mariage dans la ville de Pont-de-Beauvoisin en #Isère. Après des jours de recherche et d'enquête, les gendarmes ont entendu un homme de 34 ans qui aurait assisté à la fête et indiqué des incohérences sur son emploi du temps lors de l'#enlèvement de la fillette.

Le dispositif "Alerte Enlèvement" n'a pas été déclenché

A la grande surprise des français, un simple un appel à témoins et un avis de recherche ont été mis en place pour retrouver la petite Maëlys. Le procureur de la République est la seule personne en mesure de déclencher l'Alerte Enlèvement, un précédé mis en place en France depuis 2006.

Publicité
Publicité

Ce dispositif, inspiré de "Amber Alert" aux Etats-Unis suite à la #Disparition de la fillette du même nom, est un moyen efficace de prévenir un pays en cas de kidnapping d'enfant. Pour que ce plan soit déclenché, il faut que les quatre critères suivants soient respectés : la vie de l'enfant est en danger et les autorités doivent disposent d'informations qui peuvent identifier le ravisseur et localiser l'enfant, la victime doit être mineure et l'enlèvement doit être vérifié et confirmé.

Dans le cas de Maëlys, l'enlèvement n'est pas avéré puisque la fillette a été vue pour la dernière fois le dimanche 27 août à 3h00 du matin dans la salle des fêtes. Personne n'a alors assisté à son enlèvement... Seul un appel à témoins a été lancé pour "disparition inquiétante de personne mineure".