Publicité
Publicité

Après avoir joué dans un grand nombres de films, le célèbre acteur et comédien français #Jean Rochefort, cette nuit, a tiré le rideau pour la dernière fois. Notamment connu pour son rôle dans "Le grand blond avec une chaussure noire" et, plus récemment, dans le film "L'homme du train" datant de 2002, il laissera une trace indélébile de son passage et restera dans les mémoires de tous les acteurs avec qui il a joué mais également de tous les spectateurs ayant eu la chance de le voir à l'écran.

Un grand homme au début de carrière difficile

Né le 29 avril 1930 à Paris, Jean Rochefort intègre rapidement l'école d'art dramatique de la Rue Blanche puis le Conservatoire où il rencontre ses nouveaux compagnons d'aventures.

Publicité

Il se lie rapidement d'amitié avec plusieurs grands noms du #Cinéma et du #théâtre français tels que Jean-Paul Belmondo, Annie Girardot ou encore Claude Rich. Il fait avec eux les 400 coups et profite de ses années d'insouciance afin d'oublier le sinistre climat d'après-guerre qui règne à l'époque. Seul de sa promotion à être refusé au concours à la fin de l'année, il débute sa carrière en jouant de petits rôles et se fait rapidement remarquer pour son petit air "british" qui se met à plaire rapidement. Il s'essaye alors au théâtre dans plusieurs pièces lui laissant la chance d'occuper plusieurs rôles plus importants avant d'avoir la chance de tourner au cinéma à côté de ses amis de l'époque, notamment dans des films tels que "Cartouche", à côté du déjà reconnu Jean-Paul Belmondo. Après plusieurs apparitions à l'écran, sa popularité continue de croître jusqu'à l'explosion et la confirmation de son succès en étant à l'affiche de productions de qualité de l'époque.

Publicité

C'est ainsi qu'il se dégote un rôle dans le célèbre film "Le grand blond avec une chaussure noire", mais également "Un éléphant ça trompe énormément".

Il vit alors ses meilleures années et se permet même de décrocher deux césars pour ses rôles dans "Le crabe-tambour", césar du meilleur acteur en 1978 et "Que la fête commence", césar du meilleur acteur dans un second rôle au cours de l'année 1976. Une ultime reconnaissance de la profession lui est également accordée au cours de l'année 1999, récompense obtenue pour l'ensemble de son oeuvre durant sa carrière.

Toujours prêt à obtenir de nouveaux rôles

Bien que son âge avancé de plus de 80 ans commençait à lui poser problème, il se disait toujours prêt à assurer un rôle intéressant au cinéma. L'une de ses dernières interviews datait de 2015 pour le Journal du Dimanche, interview où il déclarait sentir la mort venir et y être préparé mais ne souhaitait pas partir, de peur de rendre triste les autres. Le monde du cinéma se souviendra de lui comme d'un grand personnage, toujours élégant, pratiquant à merveille l'autodérision, et comme d'un grand acteur ayant souhaité conserver son innocente âme d'enfant durant toute sa vie. Les plus grands lui rendent déjà hommage.

Publicité