Actuellement, nous vivons dans une époque où l’habit fait le moine et les repas ingérés le sont également visiblement. Dans de nombreux pays, les gens jugent autrui selon ce qu’ils consomment, notamment le quinoa a suscité la polémique il y a quelques mois comme on a pu le lire dans des journaux britanniques. Le quinoa est à la base est une graine est devenu pour certains un signe distinctif social, un met dégusté uniquement par des gens précieux qui refuseraient de manger des burgers au fast food. Le quinoa est considéré par certains comme une nourriture merveilleuse et par d'autres comme une nourriture prétentieuse et insipide. Sa consommation massive par les gens branchés pose aussi des problèmes éthiques à l'égard des habitants des pays andins.

Publicité
Publicité

Le quinoa, véritablement un phénomène de mode?

En effet le quinoa est devenu un effet de mode mis en avant par de nombreuses célébrités végétariennes comme Ellen Degeneres, Kourtney Kardashian, Ellen Page, Gwyneth Paltrow etc... Il est le symbole d'une tendance vertueuse partout dans le monde ; les gens qui en ont les moyens mangent de plus en plus de produits qui sortent de leur régime habituel. Cette tendance est le résultat d'une prospérité croissante et d'un choix plus vaste. La #mondialisation et la modernisation de l’#Agriculture ont permis de rénover les techniques agricoles permettant donc aux gens du monde entier de découvrir de nouvelles saveurs. L'amélioration des techniques agricoles, l'augmentation du niveau de vie et la mondialisation ont permis de tels changements, qui ont aussi été accélérés par le tourisme et les migrations.

Publicité

Agriculture et malnutrition: le quinoa, la solution?

Le tourisme est un facteur important concernant l’importation des mets typiques d’un pays particulier comme par exemple la baguette pour la France. Entre 1990 et 2015, la malnutrition est passé de 25% à 14%, elle a donc diminué de 9% en 15 ans. La faim a beaucoup reculé dans le monde et ce recul s'est accompagné d'une réduction de la part du revenu que les familles les plus pauvres consacrent à la nourriture. Même les Péruviens qui ne le cultivent pas semblent profiter du boom du quinoa. Même si l'augmentation du niveau de vie a entraîné une augmentation des cas d'obésité, appauvrir les populations n'arrangera pas les choses. C'est pourtant ce qui risque d'arriver si l'administration américaine impose des restrictions douanières.