Publicité
Publicité

L'affaire risque de faire grand bruit, le jugement rendu encore plus. En effet, le procès qui s'ouvre aujourd'hui au tribunal correctionnel de Fontainebleau va être marqué par la question qui est sur la bouche de nombreux membres du gouvernement : faut-il redéfinir l’âge du #Consentement sexuel ?

Actuellement en France, tous actes sexuels entre majeurs et mineurs est qualifié d’ «atteinte sexuel» si le mineur à plus de 15 ans et que les relations se font sans violences. Cependant, Emmanuel Macron a déclaré lors de la journée de violence faite aux femmes qu’il voulait fixer à 15 ans le seuil de présomption de « non-consentement ».

Publicité

Si cette présomption venait à être fixée, tout acte sexuel avec une personne de moins de 15 ans serait de fait qualifié de viol. La déclaration aurait pu en rester là si le Haut Conseil pour l’Egalité n’avait pas mis son grain de sel. En effet, pour ce dernier, l’âge du consentement sexuel devrait être fixé à 13 ans. Mais à 13 ans, un enfant est-il capable d’être consentement et de prendre en compte toute l’importance de l’acte ?

Un professeur et son élève : 31 ans et 14 ans

L'affaire a été rapportée aux parents de la fillette par un parent d'élève. Ce dernier a confié aux parents que leur fille entretenait une relation avec son #professeur de mathématiques. après dépôt d'une plainte, le professeur sera jugé pour « corruption de mineur » et « atteinte sexuelle » [VIDEO] définit respectivement par les article 227-22 et 227-25 du code pénal.

Publicité

Pour le parquet, le professeur n’est pas coupable car les deux protagonistes entretenaient une « relation amoureuse ». Cependant, pour l’avocate de la fillette, le dossier a été bâclé en se basant que sur deux interrogations du professeur et sur une de l’élève. C'est ainsi que l'avocat et la mère de la jeune fille demanderont un complémente d'enquête pour que l'affaire soit creusée afin de savoir si par exemple, il existe des cas similaires dans le collège de la victime.

Le procureur de la République a déclaré qu'il n'y avait pas eu de violence et que cela n'était qu'une histoire d'amour. De quoi s'inquiéter quelque peu.En effet, peut-on parler d’amour à 14 ans avec un adulte de 31 ans ? La figure du professeur ne serait-elle pas trop imposante pour réussir à dire non ? La question est délicate, d’autant plus qu’en Novembre, un homme âgé de 22 ans a été acquitté de viol sur une fille de 11 ans. Pour lutter contre le fait qu’un seuil de présomption de « non-consentement » soit fixé à 13 ans et non 15 [VIDEO], plusieurs pages Facebook ont relayé une pétition. #pédophilie