Lewis Hamilton a vu bon nombre de ses rivaux s'imposer sur le tracé anglais de Silverstone, ces dernières années: Nico Rosberg, Mark Webber, Fernando Alonso et Sebastian Vettel ont tous volé la vedette au Champion du Monde 2008, dont la dernière victoire sur le sol britannique remonte précisément à l'année de son titre mondial.

Mais cette année, c'est clairement avec le meilleur matériel que se présente Hamilton sur le tracé de Silverstone. Avec la W05, le pilote Mercedes est le pilote ayant signé le plus de succès lors des huit premières épreuves 2014 (4). Pour autant, c'est avec un retard de 29 unités sur le leader du championnat qu'il se présente en Grande-Bretagne : son équipier Nico Rosberg a en effet bénéficié d'une meilleure fiabilité depuis le début de l'année, ralliant l'arrivée de tous les GP au moins en seconde position.

Publicité
Publicité

De son côté, Hamilton n'a pas été épargné par la mécanique : un abandon à Melbourne, lors de la manche d'ouverture, lui a coûté 25 points. A Montréal, alors qu'il menait la course une nouvelle fois, c'est une surchauffe des freins qui a laissé l'Anglais sur le carreau : 18 points facilement pris par Rosberg à l'arrivée.

Désormais dans la position du chasseur -qu'il apprécie particulièrement-, Hamilton va pouvoir faire parler sa vista. Ce sera la victoire, ou rien. « J'ai très envie de soulever de nouveau ce trophée en or de Silverstone, devant mes fans », sourie-t-il. « J'ai remporté la course sous la pluie en 2008, et c'était juste la meilleure des sensations ! Je crois que l'écart était aux alentours des 60 secondes à la fin, et j'ai pris un tour à tout le monde jusqu'à la troisième place ; c'était irréel ! Je n'aurais jamais pu imaginer une course de rêve comme celle-ci, particulièrement à domicile. C'est l'un des meilleurs moments de ma carrière. J'ai adoré allé chercher ce trophée devant la foule et je suis déterminé pour le reconquérir cette année. »

Mais attention: même si son rythme pur peut laisser penser que Rosberg n'aura pas la partie facile, Hamilton a récemment montré des failles dans l'armure : deux coûteuses erreurs en qualifications, en Autriche, l'ont contraint à ne s'élancer que de la neuvième position de la grille.

Publicité

Mais comme on le sait, c'est le dimanche que l'on marque des points, et aucun répit ne fut laissé à Rosberg en course à Spielberg. La bataille sera une nouvelle fois épique. #Célébrités #Automobile