La coupe du monde football, édition 2014, a connu son épilogue ce dimanche 13 juillet avec une victoire de l'Allemagne sur l'Argentine, par 1 à 0. Un mois durant laquelle des milliers d'hommes ont rivalisé d'ardeur pour offrir de belles parties de #Football aux férus de ballon rond. Mais pas seulement, vu que la dimension planétaire de ce rendez-vous a laissé très peu de gens, vraiment très peu, indifférents.

Tous ont vibré aux rythmes des performances réalisées sur les pelouses de Rio, Belo Horizonte, Manaus, etc. Jeunes et vieux, hommes et femmes ! Ces dernières ont même eu le privilège de conduire les dernières troupes à la finale.

Publicité
Publicité

Soyons clair tout de suite. Il n'y a pas de joueuses ou de femmes habillées en noir pour tenir le rôle d'arbitre. Les femmes dans le Mondial 2014, ce sont les chefs d'Etat…A commencer par la Brésilienne Dilma Roussef hôte de ce raout fortement suivi, même pendant les matchs où les Auriverde, l'équipe locale, n'était pas en lice. Ensuite, pour la finale, chose assez rare pour passer inaperçue, les concernées sont des Etats avec des femmes à leur tête. La Chancelière Angela Merkel pour l'Allemagne qui est aussi une des femmes les plus puissantes au monde. Côté argentin, la Présidente de la République s'appelle Cristina Kirchner et en place depuis 2007, après avoir succédé à son époux Néstor Kirchner.

Elégantes en tant que femmes, elles sont d'une rigueur sans faille dans la gestion des affaires, ce qui fait de leurs pays respectifs des puissances dans leurs zones géographiques.

Publicité

De même qu'ils exercent une influence dans la marche du monde. Leur style transparait dans les capacités de leurs équipes nationales à se hisser sur le toit du monde ou d'offrir à celui-ci un espace d'expression idoine. Autant dire que si le football est beaucoup plus l'affaire des hommes, Dilma, Angela et Cristina apportent la preuve que les femmes peuvent y conduire les troupes. Pour une finale en apothéose, à marquer dans les annales du Mondial.