A chaque match des fennecs, ce chant rassembleur résonne dans le stade. Sans vraiment savoir pourquoi ni d'où il vient, les supporteurs algériens scandent "One Two Three, Viva l'Algérie".

Même si vous ne connaissez pas grand chose au #Football et que vous êtes incapable de nommer un joueur algérien, vous n'avez pas pu passer à côté de ce slogan festif. En plus d'être omniprésent pendant les match de l'Algérie, il a rythmé la nuit qui a suivi la qualification en huitième de finale des fennecs.

"We want to be free"

Mais avant de devenir le cri de ralliement des supporteurs algériens, il s'agissait d'un slogan politique.

Publicité
Publicité

Pour comprendre, il faut remonter aux milieu des années 50, en pleine guerre d'Algérie. Désireux d'étendre leur message à la communauté internationale, les partisans de l'indépendance algérienne lancent le slogan "We want to be free" ("Nous voulons être libre"). Après une contraction, le cri "Want to free" résonne à chaque manifestation.

1974 : Algérie - Sheffield United

Quelques années plus tard, le pays a obtenu son indépendance, le chant a but politique n'a plus sa place mais il refait son apparition le 3 mais 1974. Ce jour là, la sélection algérienne dispute un match amical face au club anglais de Sheffield United. Belkedrouci, Lalmas et Balbahri trouvent le chemin des filets offrant ainsi une victoire 3-1à leur pays. L'occasion est trop belle, les supporteurs s'en emparent. Le slogan politique est repris et transformé en "One Two Three, Viva l'Algérie".

Publicité

Depuis, ce chant est régulièrement repris et prend une ampleur international en 2010 et la première qualification algérienne depuis le mondial de 1982 qui s'est terminé par une élimination suite au "match de la honte" entre l'Allemagne et l'Autriche.