Le temps de la réflexion arrive un peu tardivement.

Depuis l'accident tragique survenu à notre compatriote français Jules Bianchi, sur le circuit japonnais de Suzuka, qui l'a vu sortir de piste, et dont la conclusion est on ne peut moins dramatique et venant de nouveau entacher le palmarès de la Formule 1, il semblerait qu'un peu de jugeote germe et fasse son apparition au sommet de l'édifice des responsables, organisateurs des courses automobiles de Formule 1. Il est bien temps!

Il aurait été intelligent d'essayer d'envisager d'autres possibilités protectrices des pilotes qui arrivent à pousser leurs engins à des vitesses extrêmes rendant ce sport dangereux malgré les formidables formes physiques de ces champions.

Publicité
Publicité

Claire Williams, de la marque Williams, envisage la possibilité d'une bulle protectrice fermant les cockpits comme il en est pour les avions de chasse. Imaginez un instant ces appareils hautement performant sans cette protection, comme du temps des "faucheurs de marguerites! "

Il existe des matières "plastiques" incassables, plus résistantes que du verre trempé; Il suffit de procéder à des essais sans plus tarder, avant que ne se rallonge la liste des accidentés tristement célèbres des circuits automobiles. La mort ne touche pas que les pilotes lors des courses, mais également ceux qui procèdent aux derniers essais, aux mises au point des bolides. Il faut le savoir, et s'en souvenir aussi.

Aujourd'hui, de nombreux pilotes déplorent ce manque de sécurité personnelle touchant chacun des pilotes lorsqu'ils sont au top de leurs possibilités, Alonso, Vettel, Massa et Perez pour ne citer qu'eux.

Publicité

Le 12 Octobre 2014 à Sotchi en Russie

Un contrat à été signé entre V.Poutine et B. Ecclestone pour que cette course, la première à Sotchi, débutant le 12 Octobre 2014 compte pour le championnat du monde de la Formule 1. Le circuit, conçu par Herman Tilke, se situe sur les bords de la Mer Noire, à Adler précisément.

L'écurie Marussia ne procèdera pas au remplacement de son champion Jules Bianchi. La monospace au nom du pilote demeurera dans son box. C'est peut-être sa manière de lui rendre hommage, comme le font aujourd'hui bien des athlètes de toutes nations, et ce quelque soit le sport pratiqué, comme le fait Z.Zidane par exemple.

La sécurité des sportifs n'est pas optionnelle, elle est exigible pour tous.

43 Morts déjà! N'est-ce pas assez? Faut-il que toutes les prises de consciences se fassent lors de situations extrêmes, lorsque une vie est en danger? Alors, avant que ne s'allonge le palmarès de ceux qui ne monteront pas sur le podium des vainqueurs, prenez au sérieux la sécurité des coureurs.

Publicité

La course #Automobile est comparable à tout autre sport extrême parce que chez ces hommes d'exception, tout se joue sur une fraction de seconde, et que malgré leurs performances, l'erreur demeure toujours humaine.

Rien n'est sur pour le devenir de Jules Bianchi; Malgré son choix de participer à un sport qui peut s'avérer dangereux, il avait droit, tout comme les autres sportifs des courses automobiles à une sécurité renforcée. L'a-t-il obtenue? L'avenir nous le dira. Mais que ce ne soit plus une option mais un droit.