7 jours 17 heures 8 minutes et 32 secondes. C'est le nouveau temps de référence de la Route du Rhum établit par Loïck Peyron lors de son arrivée triomphale à Pointe-à-Pitre la nuit dernière. Il améliore le précédent record de Lionel Lemonchois réalisé en 2006 de plus de deux heures. Pour accomplir cette performance, le skipper du trimaran Maxi Solo Banque Populaire VII a relié les 3510 milles qui séparent Saint-Malo et la Guadeloupe à une vitesse moyenne de 22,93 nœuds. Il succède à Franck Cammas, vainqueur de l'édition 2010.

Un parcours mené de bout en bout

Cette victoire est le résultat d'une course parfaitement maîtriser d'un point de vue stratégique.

Publicité
Publicité

Loïck Peyron a pris les devant dès le début de l'épreuve, virant en tête à la sortie de la Manche. Il n'a pas été inquiété par ses adversaires, profitant notamment de l'abandon prématuré de Thomas Coville, un sérieux prétendant au titre, victime d'un accident avec un cargo. Le skipper parvient ensuite à dompter les éléments dans la zone du Golfe de Gascogne, malgré des conditions difficiles et houleuse. Loïck Peyron accentue son avance de jours en jours. Le marin baulois ne se contente pas de gérer son avance à bord de son trimaran de 31 mètres. Il explose le chrono, et inscrit pour toujours son nom au palmarès de la plus prestigieuse transatlantique en solitaire.

L'invité surprise

C'est une performance d'autant plus remarquable que le skipper n'a eu que deux mois pour prendre en main son bateau, pour remplacer au dernier moment Armel Le Cléach, blessé à la main.

Publicité

Ce joker de luxe a su mettre à profit son expérience sur ce parcours pour aller chercher la victoire, plus de trente ans après sa première participation. C'était en 1982, il avait alors 22 ans. Pour Loïck Peyron, pas question de se reposer sur ses lauriers. Dès son arrivée sur la terre ferme, il a déjà annoncer sa participation à la prochaine Route du Rhum en 2018. Dans quelques jours il ira en Australie pour préparer son prochain défi : la Copa America à bord de l'Artemis.