C'est un sacré footballeur, et un grand homme qui raccroche les crampons aujourd'hui. Quatre jours après Thierry Henry, c'st au tour d'Eric Abidal d'annoncer qu'il arrête le #Football cette semaine, "pour raisons personnelles". Le point final d'une vie de sportif qui aurait pu s'arrêter nette, bien plus tôt…

Éric Abidal est né le 11 septembre 1979 à Saint-Genis-Laval, près de Lyon, d'un père et d'une mère martiniquais. Formé à Lyon-Duchère, il fait ses gammes dans le IXe arrondissement de Lyon. Mais l'OL passe à côté du joyau et c'est Monaco qui va finalement commencer à polir ce diamant brut. Le défenseur gauche débute sa carrière professionnelle sur le Rocher, face à Toulouse, le 16 septembre 2000.

Publicité
Publicité

Il a tout juste 21 ans. Prêté à Lille durant deux saisons, il explose ensuite sous les couleurs de l'Olympique lyonnais, qu'il rejoint en 2004. Très vite, il devient le meilleur latéral gauche de France. À l'OL, il montre toute l'étendue de son talent, découvre l'exigence de la Ligue des Champions et remporte trois titres de champions de France. Cette exposition internationale lui ouvre aussi les portes de l'Equipe de France, puisqu'en août 2004, Raymond Domenech lui confie le côté gauche de la défense tricolore. Il s'y installe jusqu'au mondial 2006, perdu par la France contre l'Italie. Abidal fait encore une saison à Gerland avant de succomber aux sirènes de Barcelone. Un club avec lequel il va tout connaître, durant six ans.

Le meilleur tout d'abord : quatre titres de champions d'Espagne, deux Supercoupes d'Espagne, une Ligue des champions, deux Supercoupes d'Europe et deux Mondiaux des clubs.

Publicité

Mais le pire, aussi ! En mars 2011, à 32 ans, Eric Abidal tombe gravement malade. Il souffre d'un cancer du foie. "L'annonce de la maladie a été le moment le plus difficile de ma carrière", confie-t-il au site Sport.fr. Les chirurgiens lui retirent une tumeur et une partie du foie. Et grâce à un énorme suivi médical, Abidal retrouve la compétition au bout de deux mois. Le Barça se qualifie alors pour la finale de la Ligue des Champions, et la remporte face à Manchester United, 3-1. Le capitaine catalan, Carles Puyol, cède alors son brassard à Abidal et lui offre l'honneur de soulever le prestigieux trophée, le premier. C'est l'image la plus forte de cette soirée du 28 mai 2011, à Wembley.

Mais "Abi" est rattrapé par la maladie un an plus tard, le 15 mars 2012, et le diagnostique est sans appel : cette fois, pour s'en sortir, il doit être greffé. L'un de ses coéquipiers, le Brésilien Dani Alves lui propose même une partie de son propre foie, pour sauver son "copain". C'est finalement de l'un de ses cousins que viendra le salut.

Publicité

Rattrapé par la maladie, Eric Abidal perd 20 kg en 2012 !

La transplantation hépatique est un succès, et un mois plus tard, Eric Abidal quitte l'hôpital de Barcelone, lesté de 20 kilos. Il ne pèse plus que 55 kg, pour 1,75m.

C'est entouré de sa femme et de ses trois filles qu'il va encore trouver la force de revenir. Converti à l'islam, très croyant, il prie tous les jours pour retrouver les terrains rapidement. Et il y arrive ! En décembre 2012, il rejoue avec l'équipe B de Barcelone et finit la saison 2012-2013 comme titulaire, aux côtés de Lionel Messi. Il fait alors ses adieux au public barcelonais mais promet de revenir, un jour.

Tenté par un nouveau crochet par Lyon, c'est finalement sur le Rocher qu'Eric Abidal fait son retour en juin 2013. Il joue une saison à Monaco, retrouve l'Equipe de France, avec Didier Deschamps mais n'est pas conservé pour le Mondial 2014. Il le vit plutôt mal et l'été dernier, il se laisse tenter par une aventure en Grèce, à l'Olympiakos. Ce sera la dernière ! Il y joue six matches avant de mettre un terme à sa carrière, le 19 décembre 2014. "Le moment est venu de tourner la page et d'essayer d'écrire un nouveau chapitre", explique-t-il. « Le Miraculé », comme il aime se surnommer, veut maintenant prendre le temps… Le temps de "profiter de la vie, de sa femme et des trois enfants"#Retraite #FC Barcelone