France, Finlande, Bosnie, Pologne, Israël et Russie. Voilà le programme ce qui attend Tony Parker et consorts pour le 1er tour du Championnat d’Europe, qui se jouera du 4 au 20 septembre prochain. Si les Tricolores, tenants du titre, semblent favoris dans cette poule A, il faudra surtout se méfier de la sélection russe et tous ses joueurs estampillés « Euroligue », malgré une perte de vitesse évidente depuis 2007 et son sacre continental. Les autres nations présentes dans cette poule paraissent un cran en-dessous, surtout en cas d’absence de leurs éléments évoluant en NBA : Teletovic pour la Bosnie, Gortat côté polonais ou Casspi dans les rangs israéliens. La Finlande, elle, première adversaire des Bleus, ne devra pas être prise à la légère. Avec un jeu articulé autour de ses artilleurs longue distance, entrevu lors du précédent Mondial, pas sûr que les Scandinaves soient le hors-d’œuvre le plus digeste au goût des Français. D’autant que l’habituel casse-tête de l’agencement du groupe France fleurira forcément dans l’esprit de Vincent Collet. Défections des joueurs NBA ou pas ? La question est déjà posée…

L’importance de finir en tête

En cas de qualification, Boris Diaw et les siens croiseront au tour suivant une formation issue du groupe B, déjà surnommé « groupe de la mort ». Et l’expression n’a rien de galvaudée, visez un peu : Espagne, Serbie, Turquie, Italie, Allemagne et les néophytes islandais, peu vernis pour leur entrée en matière sur la scène européenne. Les Bleus seraient donc bien inspirés d’assurer le leadership du groupe A, pour tomber sur la nation, a priori, la plus faible en huitièmes de finale. Sacré chantier en perspective donc...

Concernant les deux autres groupes, Antoine Rigaudeau a eu la main plus légère au moment de les constituer. Le groupe C sera composé de trois gros morceaux (Croatie, Slovénie et Grèce) et de trois outsiders qui se disputeront sûrement la 4ème place qualificative : la Macédoine, la Géorgie et les Pays-Bas. Enfin, la poule D fait presque pâle figure, en comparaison, malgré les solides Lituaniens et une Ukraine toujours capable d’un coup d’éclat. Derrière, la Belgique, la République Tchèque, l’Estonie et la Lettonie tenteront d’arracher les deux autres billets pour la phase finale qui se disputera entièrement sur le sol français, au stade Pierre-Mauroy, de Villeneuve-d’Ascq. Vivement !

Groupe A (à Montpellier) : France, Finlande, Bosnie-Herzégovine, Pologne, Israël, Russie.

Groupe B (à Berlin) : Espagne, Serbie, Turquie, Italie, Allemagne, Islande.

Groupe C (à Zagreb) : Croatie, Slovénie, Grèce, Macédoine, Géorgie, Pays-Bas.

Groupe D (à Riga) : Lituanie, Ukraine, Lettonie, Belgique, République tchèque, Estonie.