Qu'on se le dise, nous avons connu ces dernières années l'une des meilleures générations de tennismen français. Largement critiqués pour leur finale de Coupe Davis contre les suisses (pourtant imbattables), pour leurs exils fiscaux, leurs dérapages médiatiques (ex: Gasquet qui joue avec les lignes à Miami), on n'est pourtant pas sûr de revoir de tels talents de sitôt dans l'Hexagone. Profitons encore quelques années du revers de Gasquet, de la fougue de Monfils, du mental de Tsonga, de l'intelligence de jeu de Simon et de la parfaite alchimie du double Bennet/ERV. Car, bien qu'ils n'aient jamais remporté un tournoi du Grand Chelem, dites-vous bien qu'ils sont tombés, la raquette à la main, contre une génération de titans inépuisables.

Publicité
Publicité

Face aux Federer, Djokovic et Nadal, nos petits français ont fait de leur mieux. Qui plus est, aucun jeune tricolore n'a réussi à se hisser au niveau de ce groupe de mousquetaires trentenaires (ou presque). Certains joueurs ne devaient pas tarder à les rejoindre... On les attend encore !

Des déceptions toujours plus fortes

Benoît Paire, Albano Olivetti. Il y a deux ans, ces deux noms étaient cités pour évoquer l'avenir du #Tennis français. Aujourd'hui, les deux joueurs peinent à se faire une place en haut du classement ATP. La faute à un mental défaillant et à une attitude délétère pour le premier. Quant au second, si son service est plus puissant qu'Isner et Raonic réunis (en exagérant un peu), il possède de grosses lacunes dès que les échanges durent.

A cause d'une pression médiatique forte, les jeunes joueurs annoncés au top niveau déçoivent très rapidement.

Publicité

Vitrine du tennis mondial, le très médiatisé tournoi de Roland Garros est le meilleur moyen d'entrer dans la lumière mais aussi de se brûler les ailes. Si cette année, le corse Laurent Lokoli s'est offert la sympathie du public avec son break dance "terre-battue", on n'a jamais parlé de lui au niveau tennistique depuis. Pareil pour Gianni Mina. Sa ressemblance physique avec Gaël Monfils l'a plutôt desservi. On l'attendait au même niveau. Or, avec une accumulation de blessures, le joueur n'a pas su répondre aux attentes et s'est engouffré dans les profondeurs du classement ATP*.

Les belles affiches font aussi bien souvent la popularité. Paul-Henri Mathieu, "Polo", est devenu le chouchou du public parisien après son match marathon contre Agassi en 2002 sur le court Philippe Chatrier. Aujourd'hui à la 97ème à l'ATP, il est encore largement encouragé lors de ses matches malgré un niveau de jeu très moyen. A l'inverse, Mannarino, 44ème joueur mondial et inconnu au bataillon, progresse à son rythme tout en gardant la tête froide.

Publicité

Voilà peut-être la clé du succès!

Qui pour reprendre le flambeau?

A 26 ans, le sérieux Mannarino pourrait éventuellement se montrer dans les deux ou trois années à venir. Cependant, on le voit mal se hisser au dessus de la trentième place mondiale. Il faut donc se tourner vers la jeunesse. En tête d'affiche, l'alsacien Pierre-Hugues Herbert, 23 ans et 111ème mondial a tout du futur bon joueur. Très polyvalent, il possède un gros service et reste solide dans les échanges en fond de court. En 2014, il s'est notamment offert le scalp du polonais Janowicz (n°24) au tournoi de Halle et a remporté l'Open du Japon en double en éliminant au premier tour les frères Bryan (n°1 en double). Autre pépite, Lucas Pouille, 20 ans, 133ème mondial et révélation du dernier Open Paris Bercy où il a éliminé Johnson, Nieminen, Karlovic (n°27) et l'italien Fognini (n°20). Roger Federer mit fin à son parcours en huitièmes de finale. Rien que ça !

Citons enfin Enzo Couacaud (19 ans, 239ème), Mathias Bourgue (20 ans, 257ème), Johan-Sébastien Tatlot (18 ans, 393ème) et Quentin Halys (18 ans, 634ème) qu'on attend à de bien meilleurs classements très prochainement. Il faudra pour ça enchaîner les bonnes performances en tournoi Future, en Challenger et dans les qualifications des tournois ATP 250. On espère ne pas les retrouver dans la liste des espoirs déchus dans deux ans. En attendant, on ne devrait pas voir arriver de sang neuf dans l'équipe de Coupe Davis 2015 !

* Notons tout de même son retour en forme. Il est passé en un an de la 607ème place à la 243ème. On lui souhaite le meilleur pour la suite !