La rémunération des vedettes du #Football comparée au smic...



En une minute et 8 secondes, Zlatan Ibrahimovic gagne au PSG ce que le « smicard » gagne en une journée...  Mais il y a mieux, Lionel Messi met 43 secondes et Ronaldo 34 secondes...

Les sportifs sont- ils trop payés ?

Dans une économie libérale, difficile de répondre oui, il s'agit de la loi de l'offre et de la demande. Pas de règles, d'âpres négociations parfois. Une multitude d'intermédiaires, souvent.

Certains club sont prêts à offrir des sommes astronomiques pour s'attacher les services de la dernière étoile, ou la pépite en devenir.

Publicité
Publicité

Il n'y a pas de limites, les records sont battus sans arrêts.

La disparité des budgets et des moyens des clubs de football sont énormes.

Le fairplay financier devait réguler, mais ne fait pas l'unanimité loin de là et a oublié de prendre en compte l'endettement. Le Real Madrid n'a que 602 millions de dette à la fin de l'exercice précédent... Une paille, mais c'est le Real! 

L'arrivée des milliardaires russes, ajouté aux capitaux investis par les monarchies du golf, ont boosté le football. Mais les moyens des clubs riches restent sans commune mesure avec ceux des autres. En extrapolant un peu, on pourrait dire que les autres clubs en sont réduits au rôle de sparing partner, recruteur et formateur, perdant les meilleurs éléments de l'effectif lors des mercatos, il faut alors sans cesse recommencer, mais c'est une nécessité économique. 

La crise en Russie va-t-elle modifier la donne, quand on lit les pertes journalière subies par le propriétaire de Chelsea à la suite de la chute du rouble? Cela laisse perplexe, il n'est pas encore sur la paille, mais cela peut modifier sa vision...

La concurrence est féroce entre les clubs d'Espagne, Italie, Angleterre, Allemagne et pour la France le PSG, induisant une surenchère permanente, est-ce bon pour le sport spectacle ? Il est permis d'en douter, le niveau des prestations offertes par le PSG et ses stars en cette première partie de saison laisse pensif.

Publicité

Un brin de fraicheur nous vient de Lyon où après avoir vendu ses cadres pour raisons financières, OL a réussi à se reconstruire de l'intérieur, avec ses jeunes, souhaitons-lui de pouvoir les conserver.