La première mi-temps de cette rencontre initiale du groupe D n'aura pas été d'une grande intensité. Les deux formations n'ont pas vraiment osé prendre de risques, avec très peu d'occasions à se mettre sous la dent. Yaya Touré, assez émoussé physiquement, n'a pas su élever le jeu d'une équipe beaucoup trop dépendante des accélérations côté gauche de Gervinho. C'est d'ailleurs de lui seul qu'est venu le danger en première mi-temps. Au quart d'heure, après un contre rondement mené, il a tenté sa chance mais le ballon a été repoussé par Yattara, l'excellent dernier rempart guinéen. Un score nul et vierge aurait été logique au repos. Mais les Guinéens ont su profiter de leur seule occasion de ces quarante-cinq premières minutes pour faire mouche.

Publicité
Publicité

Après un centre venu de la droite, la défense des Eléphants s'est mal dégagée et Yattara en a profité pour placer dans le plafond du but. Un but absolument immérité pour une équipe de Guinée qui a donc rejoint les vestiaires nantie d'une unité d'avance.

Les Ivoiriens sont revenus sur la pelouse avec de tout autres intentions. L'enchaînement contrôle frappe de Bony, le futur coéquipier à City de Yaya Touré, aurait pu terminer sa course au fond des filets sans une nouvelle intervention de Yattara. A l'heure de jeu, on a assisté à une petite catastrophe pour les hommes d'Hervé Renard. Frustré du déroulement des opérations, Gervinho a eu un geste de mauvaise humeur sur Keita. Sanction immédiate : retour aux vestiaires pour la pépite de l'AS Rome. Menés à dix contre onze, les Eléphants ont tout de même montré un autre visage dans cette seconde partie du match.

Publicité

Hervé Renard a senti qu'il devait injecter du sang neuf pour ne pas repartir les mains vides de Malabo, la capitale de la Guinée équatoriale. L'association Bony-Doumbia tant réclamée par les supporters s'est enfin produite avec la montée au jeu du meilleur joueur du championnat russe. Changement payant car sur une remise de Bony, Doumbia est parvenu à tromper la vigilance de Yattara, vingt minutes avant la fin des débats. Belle réaction du collectif dos au mur. Revigorés, les Ivoiriens n'auront tout de même jamais réussi à se créer d'occasions franches face à l'excellente défense centrale composée de Pogba et Camara. L'absence de Gervinho a été remarquée.

Vu la physionomie du match, Hervé Renard peut donc s'estimer heureux avec un point. Mais, sachant que les prochains adversaires se nomment le Cameroun et le Mali, cette unité est insuffisante pour cette équipe qui court derrière la victoire finale depuis 1992. #Football