Le prix d'Amérique reste en France cette année... Up and Quick et Jean-Michel Bazire, ont imposé leur loi sans la moindre hésitation, dimanche passé, dans ce championnat du monde de trot, sur les 2700 mètres de la cendrée de Paris Vincennes. Ils avaient tous deux échoué de peu l'année dernière, dans des conditions de course rendue très pénibles par la météo, devant se contenter de la seconde place. Pour cette année, le cheval avait été préparé au "millimètre", il n'a pas laissé la moindre chance à ses adversaires. 

Jean-Michel Bazire confiait après la course: "à un tour de l'arrivée je sentais que j'allais gagner". Grand professionnel, ce génie, aux 5000 victoires, 16 fois sulky d'or (récompense suprême pour le meilleur driver de l'année) est toujours là et bien là, pour le malheur de ses adversaires... Victime d'un sévère AVC en 2012, il a survécu alors que la mort n'était pas bien loin.

Avec un courage exceptionnel et une volonté de fer, il a su retrouver tous ses moyens pour venir ajouter ce troisième prix d'Amérique à son palmarès déjà particulièrement étoffé. Il fait partie de cette génération de drivers qui s'inspirant de ce qui se passait déjà dans le monde du galop, plat et obstacle, a su faire évoluer le statut de driver.  

Avant, ils étaient souvent attachés à une écurie ou à un entraineur, généralement de la famille. Ils ne se mélangeaient pas souvent avec les gens de l'extérieur. Maintenant un certain nombre sont "free lance". Les propriétaires et entraineurs font souvent appel à eux pour mener sur les grands hippodromes, surtout si ils estiment avoir une bonne chance avec leur cheval. 

Ceci permet aux bons de gagner beaucoup de courses car ils sont très demandés, à eux de faire le bon choix, en l'occurrence cette fois-ci encore, Jean-Michel Bazire avait fait le bon.

Publicité
Publicité

Frank Leblanc, l'entraineur d'Up and Quick, installé en Mayenne, dont il est originaire, a la charge d'une soixante de chevaux dans ses installations. Il n'avait jamais gagné le prix d'Amérique. Vingt ans de carrière, un bon palmarès, mais pas l'Amérique ! Là il ne cache pas sa joie de recevoir la consécration suprême.

Bravo...