Dimanche prochain 25 janvier, le temple du trot français, Vincennes, va accueillir l'apogée du meeting d'hiver et de la saison, le célébrissime Prix d'Amérique, championnat du monde de trot attelé. Créée en 1920, cette compétition a pris ce nom pour honorer et remercier les Etats-Unis d'avoir participé à la guerre de 14/18.

Dix-huit chevaux - le dessus du panier, l'élite du trot mondial ! - seront au départ du Prix d'Amérique. Des chevaux américains, français, italiens et suédois s'affronteront. Certains ont déjà remporté une précédente édition et tenteront donc d'ajouter une ligne de plus à leur palmarès. Coté driver, les plus fines cravaches vont s'asseoir au sulky.

Publicité
Publicité

A coté d'hommes très confirmés, quelques jeunes valeurs montantes, mais issues de familles renommées dans le métier, tenteront d'atteindre le Graal.

Disputé sur la distance des 2700 m de la grande piste à Vincennes, c'est un évènement médiatique incontournable chaque début d'année. Sa retransmission dans 35 pays, sur 4 continents, le prouve. Plus de 500 journalistes sont accrédités pour l'évènement. La Société du Cheval Français, qui gère l'évènement, met les petits plats dans les grands pour rendre la fête toujours plus belle.

Le Prix d'Amérique, le Graal de toute une profession

Gagner le prix d'Amérique restera toujours le rêve de tous les propriétaires, drivers et entraineurs. Lors de la naissance d'un poulain, il y a toujours un secret espoir : "si celui-là gagnait le prix d'Amérique ?".

Publicité

Cinq minutes de rêve, cela ne fait de mal à personne... En plus dans le trot, contrairement au galop, cela peut arriver, ce n'est pas si utopique... de grands cracks sont sortis de nulle part.

Pour le PMU il s'agit d'une journée record : il y aura environ 40 millions d'euros d'enjeu sur cette seule course et un bonus de 10 millions d'euros.

Il y a 20 ans, une femme driver, Helen Johansson, une jeune Suédoise, a inscrit son nom au palmarès de l'épreuve légendaire. Elle menait pour l'occasion la jument Ina Scot. Une course à Vincennes, réservée aux juments, porte maintenant le nom de Helen Johansson, en hommage à cette belle performance.