Défaits hier soir à Chaban-Delmas dans les ultimes moments de la partie contre une équipe de Nice pourtant largement prenable, les Girondins sont clairement dans le dur.

Actuellement sixième du championnat, Bordeaux n’a pris qu’un point sur les quatre dernières rencontres de Ligue 1. Les supporters n’ont d’ailleurs toujours pas digéré la gifle concédée à domicile contre l’Olympique Lyonnais le 21 décembre dernier (0-5).

Ce matin au Haillan, Willy Sagnol a réuni les joueurs dans le vestiaire. Un discours d’une demi-heure avant le décrassage où l’ancien international a tenté tant bien que mal de remobiliser ses troupes.

Publicité
Publicité

Mais alors qu’est-ce qui cloche ? Pourquoi ceux qu’on annonçait dans le trio de tête à la fin de la saison il y a encore quelques semaines sont-ils aujourd’hui devenus que de simples candidats à la Ligue Europa ?

La CAN fragilise l’effectif

Bordeaux est l’équipe de Ligue 1 la plus touchée pendant la Coupe d’Afrique des Nations. En tout, ce sont cinq joueurs qui sont partis rejoindre leurs sélections en Guinée équatoriale, et ce jusqu’au 8 février pour les finalistes. On peut d’ores et déjà expliquer la dérive des Marines et Blanc par l’absence de son capitaine et leader du vestiaire, le défenseur sénégalais Lamine Sané. Autres absences remarquées, celles du milieu récupérateur André Poko (Gabon) et du dynamiteur tunisien Wabhi Khazri, auteur de cinq buts et deux passes décisives depuis le début de la saison.

Publicité

Willy Sagnol se faisait une joie de récupérer son ailier Henri Saivet, lui qui n’avait pas disputé la moindre minute depuis le début de la saison et qui effectuait son retour de blessure depuis peu. Or, là aussi, le joueur a été appelé sous les drapeaux par le sélectionneur du Sénégal Alain Giresse. Une décision qui n’a pas du tout plu au coach bordelais, estimant que son joueur est toujours fragile physiquement. Enfin, à noter le départ du Malien Abdou Traoré, un joker. Sauf qu’en période de CAN, chaque joueur est important !

Un système de jeu pate à modeler

Willy Sagnol fait partie de ces entraîneurs adeptes du turn-over. C’est bien simple, à Bordeaux, on a l’impression que tout le monde peut jouer. La seule certitude avant le coup d’envoi, c’est la présence de Cédric Carrasso dans les cages et de Thomas Touré – le chouchou du coach - en pointe. Le reste n’est qu’un joli méli-mélo de compositions tactiques. Capables de passer du 3-5-2 au 4-4-2 puis au 3-6-1, parfois dans le même match, Sagnol a au moins le mérite d’avoir donné sa chance à l’ensemble de son effectif.

Publicité

Sauf qu’à un moment, les cadres n’ont plus vraiment de légitimité.

Marc Planus a été mis au placard pendant plusieurs mois, sans raisons valables. On lui a notamment préféré le jeune Cédric Yambéré, pourtant amateur à Lormont deux ans auparavant. Sertic et Plasil voient débarquer toute une horde de jeunes pousses, prêts à les remplacer (Kaabouni, D’Almeida, Badin). Julien Faubert ne sait plus s’il est défenseur ou milieu. Diego Rolan boudait avant la trêve estimant que la hiérarchie des attaquants/ailiers n’est pas bien établie. Et l’année 2015 s’annonce tout aussi compliquée !

Les recrues n’ont rien apporté

Soyons honnête, les Bordelais ne sont pas réputés pour leur cellule de recrutement. Avec un actionnaire grippe-sou (M6) et des recruteurs peu persuasifs – Michel Pavon a longtemps occupé ce poste - les Marines et Blancs attirent deux à trois joueurs en moyenne chaque été. Sur les cinq dernières années, de gros salaires sont venus squatter le banc de touche. Citons notamment Diego Placente, Vujadin Savic, David Bellion, Guillaume Hoarau, Anthony Modeste ou encore Moussa Maazou. Les rares perles comme Lucas Orban ne sont pas restés très longtemps en Gironde.

Après une saison 2013-2014 réussis, l’Argentin a pris la direction de Valence. Son remplaçant Diego Contento, supervisés par Willy Sagnol en personne – pourtant pas le plus mauvais pour reconnaître les qualités d’un ailier - a vite déçu. L’Allemand est aujourd’hui concurrencé par le jeune Maxime Poundjé. Tiago Illori, autre recrue défensive 2014, ne joue pas. Seul Wabhi Khazri a su répondre aux attentes fondées en lui. Le pire, c’est que Bordeaux va avoir du mal à se renforcer cet hiver. Car sans argent dans les caisses, les Girondins se tournent donc vers la possibilité de se faire prêter un ou deux joueurs. Et là encore, le président Triaud s’est heurté à quelques refus.

Yaya Sanogo a préféré Crystal Palace tandis que Chalobah restera à Chelsea à cause d’un problème d’homologation de contrat. Que Sagnol se rassure, il reste encore beaucoup de joueurs à tester au centre de formation !! #Football #Bordeaux sport