Quevilly, Calais, Schiltigheim. Les exploits de ces "petits poucets", en Coupe de France, sont gravés dans les annales de la compétition. Mais lorsque la ville représentée peine à dépasser les 6.000 âmes, l'événement gagne en charme et en retentissements. Et si l'on se cantonne aux vingt dernières années, quelques épopées notables en ressortent. Certains clubs ont même osé la récidive. Même pas peur!

CS Blénod (4.400 habitants)

Coincé entre deux fleurons du #Football français, Metz et Nancy, Blénod allait connaître son heure de gloire durant la Coupe de France 1995-1996. La formation lorraine, alors pensionnaire de Nationale 3 (équivalent de l'actuel CFA2), réussissait le tour de force d'éjecter deux clubs de l'élite, Bastia et Le Havre, pour atteindre les huitièmes de finale! En 32èmes, les Bellédonniens ajustaient les Corses sur la plus petite des marges (1-0) avant d'enchaîner avec le HAC et une rencontre jusqu'au bout du suspense (1-1 après prolongations et 4 tirs au but à 3).

Publicité
Publicité

La belle aventure du collectif lorrain allait s'arrêter au tour suivant, face à un OM sans pitié (0-2).

Saint-Georges-les-Ancizes (environ 3.800 supporters potentiels)

Saint-Georges-de-Mons? Les Ancizes-Comps? Même Jean-Pierre Pernaut doit avoir du mal à situer ces deux communes du Puy-de-Dôme. Pourtant, l'Union Sportive Saint-Georges-Les-Ancizes, en CFA2 à l'époque, a permis aux deux villages d'entrer dans la lumière, au début de l'année 1999. En effet, l'USGA s'est illustrée en Coupe de France en arrachant un billet pour les huitièmes de finales après avoir notamment sorti les élitistes de Sochaux (1-0), au tour précédent. Les Auvergnats chuteront aux portes des quarts contre Nîmes (0-2) alors en deuxième division. Mais ils toqueront de nouveau lors de l'édition 2000-2001, avec une présence en 16èmes de finale et une courte défaite (1-0) face aux Bretons de Vannes.

Publicité

US Montagnarde (6.385 âmes)

Inzinzac-Lochrist, charmante localité du Morbihan, abrite en son sein, un club qui s'est forgé une solide réputation de coupeur de tête dans le microcosme de la Coupe de France: l'US Montagnarde! L'entité bretonne entamait sa légende dès l'exercice 79-80 grâce à un seizième de finale perdu contre Orléans. Suivront deux autres 32èmes en 85-86 et 90-91. Le meilleur arrivait avec deux huitièmes de finale disputés en 98-99 (défaite 2-0 après prolongations contre Rouen) et surtout en 2001-2002 avec un court revers (1-0) contre Monaco. Au total, les "Montagnards" s'enticheront de neuf 32èmes, quatre 16èmes et donc deux 8èmes. Presque une référence en Coupe de France pour les clubs amateurs!

Schirrhein (2.234 habitants)

En 2008-2009, le club de Schirrhein, qui évolue alors en Excellence, soit le plus haut niveau départemental, réalisait un exploit hors normes. Sortir une équipe de Ligue 2, Clermont en l'occurrence, en 32èmes de finale! Une première en Coupe de France pour une formation de District.

Publicité

Mieux, les Alsaciens avaient réussi à renverser la vapeur après avoir été menés 0-2 par les Clermontois, pour finalement l'emporter 4-2. Bref, un scénario invraisemblable! Lors du tour suivant, les amateurs seront balayés par le Toulouse FC, pensionnaire de Ligue 1, sur le score sans appel de 8-0. Mais qu'importe. Le principal était ailleurs.

L'Île-Rousse (3.814 âmes)

Les Girondins de Bordeaux se souviennent encore de leur passage en Corse, lors de la Coupe de France 2013-2014. Face à L'Île-Rousse, club de CFA2, les Bordelais sont poussés jusqu'aux tirs au but (0-0 après prolongations) et craquent (4-3). Les professionnels sont éliminés par une équipe, véritable fleuron du football corse derrière les clubs de Bastia et d'Ajaccio. Dans les années 90, la formation de la région de la Balagne avait atteint le troisième échelon du football français, la Nationale 1, et continue, encore aujourd'hui, de titiller les hautes sphères du monde amateur. Après avoir éjecté Bordeaux, les Corses chutaient, en huitièmes de finale, contre Guingamp (2-0)… futur vainqueur de l'épreuve. De son côté, L'Île-Rousse pouvait se targuer de la prouesse la plus mémorable de l'édition.