Déchu de ses sept victoires sur le Tour de France après avoir reconnu s'être dopé, Lance Armstrong doit désormais passer à la caisse. L'ancien coureur cycliste américain a été condamné, ce lundi, à verser dix millions de dollars à son ancien sponsor, la société d'assurances SCA Promotions. Une somme qui correspond aux bonus perçus lors de chaque victoire sur la Grande boucle.

Des années de mensonges

La compagnie d'assurances, installée à Dallas, a versé 4,5 millions de dollars de primes au sportif pour ses victoires au Tour de France entre 2001 et 2003, lorsqu'il courait pour l'US Postal. En revanche, elle avait refusé de verser les cinq millions de dollars de primes pour sa victoire en 2004.

Publicité
Publicité

En 2006, n'étant pas encore passé aux aveux concernant son dopage, l'ancien maillot jaune avait remporté un procès et obtenu le paiement de 7,5 millions de dollars par SCA Promotions.

Il aura fallu attendre 2013 pour que Lance Armstrong avoue, devant la #Justice, avoir eu recours au dopage. La société lui avait alors réclamé 12 millions de dollars de dommages et intérêts.

Une amende record

Banni à vie de toute activité cycliste, Lance Armstrong a été jugé ce lundi par la cour d'arbitrage du Texas, et condamné à verser dix millions de dollars à l'entreprise. Il s'agit de la plus grosse amende infligée à une personne à titre individuel dans l'histoire judiciaire américaine, car la cour d'arbitrage a estimé que le coureur avait usé « d'intimidation et de pression sur des témoins pour qu'ils mentent » et « exprimé aucun remord devant ses juges pour sa conduite inappropriée ».

Le début d'une reconstruction

La société d'assurance SCA Promotions, qui a monté dossier imparable à l'encontre de l'ancien coureur, voit enfin le bout du tunnel.

Publicité

Cette condamnation marque le début des réparation du préjudice. « Nous sommes très contents de la décision. Il est difficile de décrire le préjudice que les mensonges de Lance Armstrong avaient fait subir à SCA. C'est donc un bon début dans la réparation des préjudices subis » a déclaré la société.