Didier Deschamps vient d'être confirmé à son poste de sélectionneur de l'équipe de France de #Football jusqu'en 2018. C'est une bonne nouvelle pour l'équipe nationale, avec le secret espoir d'une belle performance en championnat d'Europe et pourquoi pas, la plus haute marche du podium. Cet homme sérieux et travailleur en est bien capable, lui qui a vécu, en tant que capitaine de l'équipe de France en 2000, sur la plus haute marche du podium. Performance déjà accomplie en 1998 avec le titre de champion du monde.Titre jamais acquis par la France auparavant. C'est incontestablement un meneur d'hommes, qui sait où il veut aller, ne se laissant pas influencer, par tous les donneurs de conseils, médias ou autres... 

En disant le strict minimum nécessaire, mais pas plus. Il sait comment constituer un groupe et lui redonner une âme, une envie de jouer ensemble, de vivre ensemble. Sachant prendre des décisions difficiles, voire impopulaires aux yeux de certains, assumant ses choix. La justification de ceux-ci est donnée sur le terrain par les résultats et non dans une salle de presse. Il a su redorer l'image de l'équipe de France auprès du public français. Sa carrière de joueur au palmarès éloquent, ses résultats en tant qu'entraîneur dès l'aube de sa carrière, les résultats obtenus lors du dernier mondial, en font certainement l'homme en France le plus qualifié, pour continuer à tenir les rênes de l'équipe.

Publicité
Publicité



Finaliste contre Porto en Ligue des Champions

Dans sa carrière de joueur il a su imprimer sa "patte " sur ses coéquipiers au plus haut niveau, laissant augurer de bons lendemains lorsqu'il passerait du terrain au banc de touche. Nommé entraîneur de l'AS Monaco en 2001, cela avait fait jaser à l'époque. Il venait juste de raccrocher les crampons avec le FC Valence (finaliste de la Ligue des Champions). D'aucuns le pensaient trop «tendre» pour le banc de touche. Très vite, les qualités de l'homme, devenu entraîneur, se révèlent au grand jour, le summum étant atteint en 2003/2004, avec cette finale de Ligue des Champions perdue contre Porto. 

La mécanique était rodée et continuera en 2006/2007 avec la Juventus de Turin. La Vieille Dame, rétrogradée en série B sur le tapis vert, gagnera le championnat de série B et retrouvera sa place parmi l'élite du football italien. Après une année sabbatique, il retrouvera l'Olympique de Marseille, club avec lequel il avait gagné la Ligue des Champions en 1993. Il remettra l'équipe dans le sens de la marche et sera champion de France dès la première année, gagnant trois années consécutives la Coupe de la Ligue. Mais l'OM restera toujours l'OM, un club hors normes mais pas toujours dans le bon sens du terme. Il le quittera donc et prendra le poste de sélectionneur de l'équipe de France. 
Bon vent à toi Didier, fais-nous encore rêver!