Zlatan Ibrahimovic et ses belles voitures, Tony Parker et ses amis bling-bling ou encore Samir Nasri et ses virées à Las Vegas… Voilà l'image du sportif professionnel aux yeux des Français. Pourtant, et peu le savent, la grande majorité vivent dans la précarité. C'est pourquoi un rapport, fort de 41 propositions, a récemment été remis au secrétaire d'État aux Sports, Thierry Braillard. Le but ? Créer un statut du sportif professionnel.

« Moins de 500€ par mois »

À l'origine de ces propositions, Jean-Pierre Karaquillo cofondateur du Centre de droit et d'économie du sport de Limoges, a rencontré 191 personnalités, du sport aux représentants de clubs en passant par les partenaires sociaux.

Publicité
Publicité

Dans ce rapport, 41 préconisations tendent à « faciliter l'accès des sportifs au monde professionnel », « les intégrer à l'entreprise en valorisant leurs compétences » voire « améliorer leur couverture sociale. » Et pour cause, le texte stipule que la France possède 6 581 sportifs de haut niveau, 6500 sportifs professionnels et 1300 entraîneurs professionnels. Or, d'après le secrétaire d'État aux Sports, Thierry Braillard, « une très grande majorité vit dans la précarité. Je vais même plus loin. Sur nos 250 sportifs pouvant obtenir une médaille à Rio, plus de la moitié gagne moins de 500 euros par mois. »

L'un des piliers de ce rapport concerne la relation entre l'entreprise et le sportif de haut niveau où ce qu'on appelle « le double projet. » Ainsi, un sportif serait accompagné par une entreprise durant sa carrière et se verrait proposer un emploi au sein même de la société à l'issue de celle-ci.

Publicité

Début mars, le ministre va d'ailleurs, en compagnie de Manuel Valls, présenter le projet à plus de soixante entreprises. Quelques 100 contrats sont à la clé pour les sportifs. De même, l'amélioration de la protection sociale fait partie des priorités. « Lorsqu'un sportif a une rechute, il n'est pas pris en charge, regrette Thierry Braillard. Ni sur la législation d'accident du travail, ni sur la vie professionnelle. Il faut qu'il soit protégé. »

Anne-Sophie Mondière (Judo) : « La reconversion est essentielle »

Quintuple championne d'Europe et de France, la judokate Anne-Sophie Mondière a pris sa retraite sportive en 2013. À la fois kinésithérapeute, aide coordinatrice des sportifs de haut niveau à Saint-Maurice (Val-de-Marne) et élue locale à Pontault-Combault (Seine-et-Marne), elle a réussi son « après-carrière. » Mais ce ne fut pas si évident. « En 2008, ça a été très dur, se souvient-elle. C'était le burn-out. J'ai eu un enfant en 2008. Puis je suis revenue grâce à ma fédération, mon club de Pontault et l'armée. J'ai eu mon second enfant en 2013. J'ai pris le temps de me poser après les JO. Et je me sentais prête à aller travailler. C'est très important d'avoir un temps de latence. Passer d'une vie à 200 à l'heure à une vie à 100 à l'heure. » Pour elle, « des athlètes se retrouvent dans la précarité à 35 ans sans même avoir cotisé pour la retraite. » Anne-Sophie Mondière pointe l'importance de la reconversion.

Publicité

« Ce qu'il manque, c'est un accès à la professionnalisation, estime-t-elle. Et la reconversion me semble essentielle. Par exemple, le ministère donne 10 places pour les sportifs de haut niveau pour rentrer à Saint-Maurice. Je pense que ce serait bien d'avoir cinq places supplémentaires pour ces derniers qui sont sur les listes de reconversion. »

Laurent Tillie (Volley) : « Ils n'ont pas le temps de se former »

Laurent Tillie est le charismatique sélectionneur de l'équipe de France de volley. Ancien joueur international, il constate le fossé entre certains sports, dont le sien, et le #Football. « Je suis fasciné quand je vois des joueurs de football inconnus touchant 3 millions d'euros, s'étonne-t-il. Quand vous faites du volley ou d'autres sports, vous ne comprenez pas. Car nous nous entraînons autant qu'eux. C'est une question d'intérêt économique. » Outre l'écart entre le football et les autres, le gros problème concerne la formation professionnelle. « Je suis d'une génération où nous étions amateurs, explique Laurent Tillie. Du coup, nous avions tous du travail à côté. Les nouvelles générations ne connaissent que le professionnalisme. Ils n'ont pas le temps de se former. Un joueur de volley gagne entre 1000 et 4000 euros par mois sur dix mois. Nous gagnons bien notre vie. Mais nous ne mettons pas de côté. L'après-carrière est problématique. Les reconversions pour être entraîneur sont minimes. Et les équipes ne sont pas assez solides financièrement pour offrir quelque chose d'intéressant aux joueurs. »

Mehdi Daouki (Tennis) : « Tu peux vite être oublié »

L'entraîneur de #Tennis Mehdi Daouki, qui s'est notamment occupé d'Aravane Rezaï, estime « qu'il est important d'identifier chaque sport. » « Au football, par exemple, je ne pense pas qu'un joueur de Ligue 2 soit pauvre, explique-t-il. En revanche, au tennis, si tu es au-delà de la 200ème place mondiale, tout tient sur un fil. Il y a des exemples de joueurs qui étaient dans le Top 50 et qui se retrouvent en difficulté aujourd'hui. Et pas qu'en France! Regardez Arantxa Sanchez Vicario, ancienne numéro une mondiale. La carrière d'un sportif de haut niveau est courte. » S'il a toujours été coach, Mehdi Daouki prépare actuellement un projet sur le continent africain. « Quand tu es entraîneur, c'est important de rester au contact, lance-t-il. Sinon, tu peux vite être oublié. »

La preuve par trois que la vie des sportifs professionnels et de haut niveau est loin d'être de tout repos.