Nous y sommes. Comme tous les ans, la Coupe aux grandes oreilles se rappelle à notre bon souvenir au moment pile où nous étions presque prompts à l'oublier. A chaque mi-février, les étoiles de la Ligue des Champions éclairent l'hiver, son hymne culte semblant célébrer le retour du printemps.

Nos embrassades avec la plus prestigieuse compétition de clubs coïncident ce soir avec d'autres retrouvailles. Éliminés l'an passé par Chelsea en quarts de finale, les parisiens accueillent à 20h45 les Blues au Parc des Princes. Alors que les fans anglais quittent déjà par plusieurs centaines les Eurostar de la Gare du Nord, une question s'impose : le PSG peut-il le faire?

Adieu remake

Laissons de côté les statistiques désastreuses des clubs français face à leurs rivaux anglais toutes compétitions confondues (24% de victoires) et celles des deux derniers déplacements de Chelsea dans la capitale, aux commentateurs bien en peine devant longueur de l'avant-match à combler.

Publicité
Publicité

Oublions un instant que la confrontation entre le PSG et Chelsea est aussi celle de deux propriétaires insolents, toisant le fair-play financier du haut de leur fortune. Pour un soir au moins, mettons surtout de côté la Ligue 1 et notre légitime agacement face aux prestations parisiennes en championnat ?

Si beaucoup d'acteurs du séduisant spectacle offert en 2014 au Parc des Princes seront de nouveau sur la pelouse ce soir, les dynamiques des deux clubs n'ont rien en commun. La faiblesse du jeu proposé par les parisiens cette saison comparée aux 59 points que compte Chelsea en Premier League, l'infirmerie bondée du club de la capitale, les doutes quant à la place réellement occupée par Laurent Blanc au PSG sont autant d'éléments qui ne plaident pas en  faveur d'un copier-coller de 2014.

Publicité

Décidément, il n'est pas si aisé d'oublier la Ligue 1 après plusieurs mois de trêve européenne.

L'espoir est pourtant permis pour les parisiens. Analysés ligne par ligne, les effectifs des deux clubs se valent. Si chaque protagoniste joue son meilleur #Football, régalons-nous par avance des duels proposés ce soir lorsque Terry, Fabregas et Diego Costa seront face à Thiago Silva, Verratti et Ibrahimovic. Est-il par ailleurs utile de rappeler que le jeu proposé par les parisiens n'est jamais aussi brillant qu'en Ligue des Champions.

Et si le match se jouait sur le banc?

Le match de ce soir aurait pu se jouer à l'infirmerie parisiene. Cabaye, Thiago Motta, Lucas et Aurier sont indisponibles. Matuidi, Marquinhos, Pastore sont incertains. Ce PSG-Chelsea est-il plié avant même que l'arbitre ne donne le coup d'envoi? Contrarié par les blessures depuis le début de saison, le PSG 2014-2015 aurait pu espérer un peu de répit avant son rendez-vous londonien.

Le scénario cauchemardesque de samedi face à Caen a au contraire compliqué l'équation de Laurent Blanc.

Publicité

Lorsque viendra l'heure de jeu, les choix s'avéreront extrêmement difficile à faire pour un coach parisien nargué par un banc adverse probablement composé de Drogba, Zouma, Filipe Luis ou Cuadrado.

Toujours sur le banc, Laurent Blanc mènera aussi une bataille à distance contre Mourinho. Si le cévenol a d'ores et déjà engagé ce duel par médias interposés, force est de constater que Mourinho paraît plus à même de remporter celui du terrain.

Et derrière le banc?

Pas toujours enthousiaste cette saison, le Parc des Princes n'a pas la chaleur de Stamford Bridge. Partant de l'évidence qu'il est plus facile de remporter une rencontre à 12 contre 11, espérons que le public de la capitale apporte ce soir un inconditionnel soutien à son équipe. Seul un Parc des Princes en fusion permettra d'entretenir l'espoir d'une victoire à domicile, avant un match retour très difficile à Londres.

Plus que des statistiques, des effectifs ou des tactiques, un match de football est avant tout une expérience collective. Ce soir, le douzième homme a une partie de la clé du match dans sa poche.

Qu'il en fasse bon usage.