Un seul être vous manque…Depuis que Diaby, le meilleur buteur de la compétition belge avez douze buts, a quitté Mouscron, ça ne tourne plus rond dans le club frontalier. Un club détenu majoritairement par les Lillois du LOSC qui semblent décider de tout ce qui se passe à Mouscron. Comme cet échange, durant le mercato, entre Diaby et Rodelin. Ce dernier, en manque de temps de jeu à Lille (cinq titularisations cette saison), aura la lourde tâche de remplacer le Malien. Qui, auteur d'un excellent premier tour en Belgique, a été rapatrié à Lille. Le club belge est plutôt perdant au change. Mais c'est le voisin français qui décide !

Mouscron est un club mythique en Belgique.

Publicité
Publicité

Qui a même participé jadis à la Coupe UEFA. Mais des problèmes financiers sont venus minés l'Excelsior et en 2010, le club est dissout. Il doit fusionner avec un petit village voisin, Péruwelz, pour survivre. Et le géant lillois qui devient actionnaire majoritaire en 2012 est une opportunité que les dirigeants mouscronnois ne peuvent pas laisser passer. Beaucoup de Nordistes débarquent donc à Mouscron. C'est notamment le cas de Rachid Chihab, entraîneur de plusieurs équipes d'âge à Lille, qui devient le coach mouscronnois début 2014. Il réalise de l'excellent boulot au sein d'une formation alors en Division 2 (Ligue 2) et rejoint l'élite du #Football belge. Même à forte coloration tricolore, le club belge veut croire à un renouveau dans le mythique stade du Canonnier. Mais malgré quelques coups d'éclat avec des victoires face au Standard et Anderlecht, les Mouscronnois ne tiennent pas la distance en D1.

Publicité

Après une troisième défaite consécutive en fin d'année à Malines, Rachid Chihab est remercié et renvoyé dans d'autres fonctions à Lille. Le même jour, Diaby, porteur de tous les espoirs, fait savoir qu'il dispute son dernier match sous la vareuse belge. Les Mouscronnois ne s'en remettront pas.

La D1 belge plutôt que la CFA

Avec Fernando Da Cruz, le directeur du centre de formation, ils ont enchaîné quatre défaites d'affilée depuis la reprise. Dont celle de ce vendredi face à une équipe du Standard qui s'est littéralement promenée en première mi-temps (3-0 score au repos et en fin de match). Avec au coup d'envoi, neuf des onze Mouscronnois de nationalité française. De jeunes français qui ne savent pas réaliser de miracles et qui auront bien du mal à extirper le club de la zone rouge (13ème sur 16) à un point des équipes relégables. Mouscron-Péruwelz a donc perdu sept fois consécutivement. En Belgique, la réserve lilloise peut évoluer en D1 au lieu de la CFA française. Mais tous ces joueurs auront-ils le niveau requis pour maintenir Mouscron en D1…belge ?