Hiver 2013. Sotchi, ville balnéaire du Caucase russe, est en pleine effervescence avec les Jeux Olympiques d'hiver qui y sont organisés. Treize millions de visiteurs auront fait le déplacement, créant la fierté de #Vladimir Poutine, qui croyait dur comme fer au succès de ces Jeux qui pourraient permettre un certain redressement du PIB russe. Un an après, la réalité a rattrapé l'optimisme russe.

Une ville fantôme

Il n'y a pas d'autres mots pour qualifier Sotchi, un an après les Jeux. Pourtant située idéalement au bord de la mer Noire, la ville est aujourd'hui totalement désertée par les milliers de touristes attendus.

Publicité
Publicité

Les dizaines de complexes hôteliers créés pour l'occasion sont aujourd'hui vides. La balade le long du front de mer ne distrait qu'un chien errant, probablement le seul occupant visible des lieux. Après leur départ, les athlètes et sponsors n'ont laissé que des détritus derrière eux. Des détritus qui ne semblent pas préoccuper outre mesure les quelques habitants qui, eux, vivent toujours dans leurs petites maisons du centre-ville alors que des dizaines d'appartements flambant neufs cherchent toujours des propriétaires. Pour ce qui est des infrastructures sportives construites quelque peu à la hâte, la situation n'est pas meilleure. Si les patinoires sont régulièrement utilisées par la population locale et le Palais des glaces Bolchoï par l'équipe de hockey de la région, il suffit de se rendre à la station de ski Rosa Khutor, où les rares télésièges en état de marche sont soit désespérément vides, soit pris d'assaut par des files de skieurs amateurs voulant profiter des pistes désertées.

Publicité

Il en va de même pour les bars et restaurants sensés doper l'attrait touristique de ces montagnes enneigées.

Un budget colossal

Qu'a donc bien pu arriver à Sotchi pour que la ville se retrouve à ce point désertée ? La question rend pantois de nombreux experts, mais il est certain que la crise ukrainienne n'aura pas arrangé les choses. D'ailleurs, ce serait à cause des sanctions occidentales imposées à la #Russie à cause de cette guerre, ainsi qu'avec le problème de la crise du pétrole que le pays n'aurait pas atteint l'augmentation de son PIB tant espérée. Auparavant estimée à 1,8%, il n'a en réalité été augmenté qu'à 0,3%. Côté budget, la Russie avait fait énormément parler d'elle en dépensant près de 36 milliards d'euros dans ces Jeux Olympiques, les classant premiers en terme de coût dans toute l'Histoire des Jeux. La seule retombée économique positive aura finalement été celle de pouvoir éponger suffisamment les sanctions économiques lancées contre la Russie. Quant à Sotchi, elle devrait prochainement accueillir de nouveaux casinos, une décision prise par Poutine pour doper le tourisme. Y arrivera-t-il, ou est-ce encore un coup de couteau dans l'eau destiné à renverser l'image d'échec désormais associée à la ville?