Il y a un peu moins d'un an, l'aventure européenne du Paris Saint-Germain s'arrêtait en quart de finale face à #Chelsea. Malgré un succès trois 3-1 à l'aller, les hommes de Laurent Blanc chutaient au retour à Stamford Bridge, la faute à un but de Demba Ba inscrit dans les toutes dernières minutes du match (victoire 2-0 de Chelsea). À l'époque, les Blues avaient copieusement dominé un Paris sans solution offensive, et le club de la capitale avait rangé au placard ses espoirs d'atteindre le dernier carré européen, et son rêve de soulever la coupe aux grandes oreilles. Cette année, c'est l'heure de la revanche. Si Paris est moins séduisant dans le que lors de la saison 2013-14, le match aller livré au Parc des Princes (1-1) a montré que le #PSG savait hausser le niveau lors des grands rendez-vous.

Publicité
Publicité

Et l'expérience acquise l'an dernier pourrait peser : "Je pense qu'on est beaucoup plus forts que l'an passé sur ce genre de matchs. Chelsea est une grande équipe, mais on a la possibilité de passer. L'an dernier, le match aller nous a peut-être donné beaucoup de confiance. Et quand nous sommes arrivés là-bas, l'équipe n'était pas bien concentrée. À mon avis, on se disait : 'On a déjà gagné !' Aujourd'hui, c'est différent. Nous avons besoin d'un résultat, et c'est mieux qu'on aille là-bas dans cet état d'esprit", souligne le capitaine parisien Thiago Silva.

Paris devra marquer

Les données sont claires. En inscrivant un but au Parc des Princes et en décrochant le nul à l'aller, Chelsea s'est mit dans les meilleures dispositions. Lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant match, ce mardi, l'entraîneur parisien Laurent Blanc a résumé l'équation : "Ca va être compliqué, ils ont marqué ce but à l'extérieur qui est très important. A nous de faire ce qu'eux ont réalisé à l'aller. Nous on sait qu'il va falloir marquer, eux ne sauront peut-être pas quoi faire. On n'a pas le choix. Le match aller, on ne peut plus rien y faire et il nous est défavorable. On est éliminés au coup d'envoi, à nous d'aller chercher la qualification".

Publicité

Même son de cloche du côté du milieu de terrain parisien, Blaise Matuidi, pour qui il ne faut pas faire de complexe face à des Blues favoris : "Je pense que c'est un match complètement différent (par rapport au quart de finale retour perdu en avril 2014). L'année dernière, on avait un avantage après notre victoire 3 à 1. C'est Chelsea qui a un léger avantage aujourd'hui. C'est une configuration différente. Aujourd'hui, on n'a pas de complexe à avoir. Il va falloir marquer pour espérer se qualifier. Il ne faut pas se poser de questions. C'est là toute la différence".

Le PSG a plus d'expérience

Depuis deux saisons, Paris a grandit sur la scène européenne. Éliminé en quart de finale par Barcelone, puis par Chelsea, le Paris-Saint-Germain se présentera ce mercredi à Stamford Bridge avec un peu plus de bagage. Le club de la capitale a retenu les leçons de la double confrontation lors de l'exercice précédent : à Stamford Bridge, Paris, peut-être trop sûr de sa force, avait déjoué, défendu trop bas, et mal géré l'évènement : "On les a joués la saison dernière. Le terrain, l'atmosphère, le stade, on connaît. L'équipe a un peu plus d'expérience, un peu plus de vécu", soulignait samedi le défenseur parisien Zoumana Camara.

Publicité

Surtout, Laurent Blanc pourra compter sur David Luiz (à Chelsea la saison passée) et Zlatan Ibrahimovic (absent l'an dernier) : "C'est sûr que ces deux joueurs vont nous apporter énormément en termes d'expérience. Ça ne s'achète pas au supermarché l'expérience en Ligue des champions. Ils vont donc être importants. Il y en a d'autres, comme Thiago Silva ou Motta. Ça aide pour réaliser de grandes performances. Zlatan, même si la presse française est toujours en train de se poser des questions sur son influence sur les matchs à élimination directe, et bien je pense pas que Terry, Cahill et Zouma soient si contents que ça de le rencontrer demain". Blaise Matuidi abonde dans le même sens : "Si on passe demain on pourra dire qu'on aura passer un cap, peut-être. Mais on a déjà joué des quarts de finale. Aujourd'hui l'objectif est vraiment d'aller le plus loin possible. Un joueur comme lui (Zlatan Ibrahimovic) est très important pour nous, c'est un joueur de classe mondiale. On a besoin de lui dans ce genre de match. J'espère qu'il va marquer, ça voudra dire qu'on a une chance de se qualifier". Enfin, Paris, souvent critiqué cette année, débarque à Londres avec une forme et un jeu retrouvés, et une série de quatorze matches sans défaite : "De part les résultats et le jeu on se sent mieux, même si à l'aller on avait déjà fait une bonne performance. Depuis la reprise on est mieux dans notre jeu, ça se traduit dans les résultats. C'est bien pour la confiance". #Football

Ce Chelsea - Paris Saint-Germain a en tout cas le parfum des grands rendez-vous européens. Aux hommes de Laurent Blanc de déjouer les pronostics et d'écrire un peu plus l'histoire du club parisien.