C'est le moment de vérité. Face à Chelsea, ce mercredi à 20h45, le #PSG en saura un peu plus sur son véritable niveau. La bande à Zlatan Ibrahimovic a-t-elle réellement les capacités d'aller chercher un résultat positif chez l'un des ogres européens ? Une chose est sûre, ce serait un exploit. En effet, Stamford Bridge est réputé pour être une forteresse quasi-impénétrable, d'autant plus lorsque le chef d'orchestre se nomme José Mourinho. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles il est bien difficile de prédire le type de match auquel nous aurons le droit. Néanmoins, certains points méritent une attention particulière.

Diego Costa, la terreur des surfaces

Si sur le match aller, les joueurs de la capitale ont semblé être largement en mesure de rivaliser avec les Londoniens et auraient même pu s'imposer en étant plus adroits, il est nécessaire de rappeler que les équipes entrainées par José Mourinho ont l'habitude de gérer les matchs tels une partie d'échecs.

Publicité
Publicité

Par conséquent, on comprend mieux pourquoi le 1-1 du match aller est un résultat qui satisfait amplement le manager portugais. Un score qui lui offre une marge de manœuvre énorme pour mener ses hommes jusqu'en quarts de finale de cette Ligue des Champions. Pour ce faire, il pourra compter sur certains éléments qui n'étaient pas là la saison dernière lors de la double confrontation face au PSG. C'est le cas de Diego Costa, auteur de 17 buts et de deux passes décisives en 21 matchs de championnat cette saison. L'attaquant espagnol a été recruté cet été pour ce genre de matchs couperets où un buteur de haut niveau est indispensable pour espérer la victoire finale. La saison dernière, il a inscrit huit buts en LDC dont quatre lors de la phase finale, ce qui lui a permis d'être l'un des grands protagonistes du superbe parcours de l'Atlético Madrid.

Publicité

S'il n'a eu que trop peu d'occasions de s'exprimer au Parc des princes, Thiago Silva, Marquinhos voire David Luiz devront le surveiller comme le lait sur le feu pour tenter de garder le moindre espoir dans la partie.

Matic - Fabregas : un duo d'enfer

Il est l'homme à tout faire de Chelsea. Celui qui couvre le plus de terrain, qui récupère un nombre incalculable de ballons et qui les redistribue proprement. Il est le régulateur de cette machine quasi-imbattable. Lui, c'est Nemanja Matic. Un chiffre vient appuyer son importance au sein de l'équipe : Chelsea n'a perdu qu'un seul de ses 38 derniers matchs lorsque le serbe était titulaire (5-3 face à Tottenham, début janvier) alors que trois défaites sont intervenues sur les dix derniers où il a été absent. Absent il l'a été la saison passée à cause de son inéligibilité en Champions League. Cette fois, l'homme de base de José Mourinho sera là. Et c'est un club tout entier qui s'en réjouit.

À ses côtés, Cesc Fabregas sera lui aussi de la partie.

Publicité

S'il est fort probable de le voir évoluer un cran plus haut sur le terrain face à Paris, l'ancien joueur du FC Barcelone est le parfait pendant de Matic au milieu de terrain. Très utilisé en première partie de saison -il a disputé l'intégralité des rencontres de son équipe à 24 reprises-, l'Espagnol semble avoir plus de mal ces derniers temps. Milieu créatif qui manquait à Chelsea les saisons précédentes, il est à la fois le fer de lance tout autant que dernier passeur. Avec 15 offrandes distribuées en championnat, il est le meilleur de la catégorie en Premier League mais rencontre plus de difficultés depuis le début de l'année. Cramé le Fabregas ? Un postulat sur lequel le trident David Luiz (ou Thiago Motta)-Marco Verratti-Blaise Matuidi ne devra pas se fier et redoubler d'efforts afin de bloquer au mieux sa relation avec Nemanja Matic.

Si le reste de l'effectif n'est pas en reste et devra être surveillé de manière égale, Laurent Blanc va devoir trouver la bonne formule afin de marquer, chose obligatoire pour se qualifier, sans pour autant se découvrir et laisser des espaces propices aux contres des Anglais qui ne demandent que ça. Néanmoins et comme on le sait, le #Football a souvent la faculté de déjouer les pronostics et d'effacer les statistiques au coup d'envoi d'un match. Qu'en sera-t-il de ce Chelsea - Paris Saint Germain ? Réponse aux alentours de 22h45.