Il y a une semaine encore, même les plus sceptiques auraient pronostiqué une montée en Ligue 2 à la fin de la saison pour le Racing de Strasbourg. Le non-match de vendredi dernier au CA Bastia, pourtant reléguables, a laissé un sentiment amer aux supporters Strasbourgeois.

La défaite de trop ?

Pourtant invaincus en championnat en 2015 et restant sur une jolie victoire sur le dauphin Bourg-Peronnas à la Meinau (1-0), les Strasbourgeois sont retombés dans leurs travers en Corse. Trop souvent dépassée, complètement amorphe et manquant cruellement de physique face à des Bastiais solidaires et jouant crânement leur chance afin d'obtenir le maintien, la bande à Seka voit Bourg-Peronnas reprendre 8 points d'avance, et le Red Star 3 unités.

Publicité
Publicité

3 unités qui peuvent se transformer en 9 suite à leurs deux matchs en retard. Autrement dit, à moins d'un miracle, le Racing est parti pour une troisième saison consécutive en national.

Un micracle

Strasbourg peut y croire. Depuis le dépôt de bilan en juillet 2011, l'équipe a toujours compté sur la chance pour monter en rang. Tout d'abord pour la remontée en national en 2013 où personne n'y croyait après une défaite a domicile contre Moulins (0-4). Deux mois après et 26 points engrangés sur 28, les Racingmen terminent à égalité de points avec Raon-L'étape et parviennent à monter grâce à la différence de buts particulière. Puis en 2014, où l'affaire Luzenac sauva la maison bleue d'une relégation catastrophique en CFA. Les déboires actuels de Nîmes (relégué en national suite aux matchs truqués), de Lens (trésorerie en déficit) ou du Red Star (stade pas homologué pour la Ligue 2) vont-ils faire monter le 4ème de national ?

8 victoires pour monter

Opposés au Poiré-sur-vie, en lutte pour sa survie dans l'antichambre du #Football professionnel, les Alsaciens n'auront pas d'autre choix que de jouer la gagne pour espérer gagner ce précieux sésame sur le terrain.

Publicité

Interviewé dans les colonnes de l'Alsace, Jérémy Blayac n'y va pas par quatre chemins : « Il reste dix matches et il va sans doute falloir huit victoires pour monter. Aujourd’hui, on se doit de gagner presque à chaque fois. Nous n’avons pas trop le choix. Si chacun fait un peu plus dans l’investissement, force un peu sa nature, nous avons, j’en suis sûr, le niveau pour aller au-dessus. Je crois en ce groupe. Je le crois capable d’une fin de saison exceptionnelle. Et je crois aussi en l’accession. »

Les joueurs auront à cœur de rendre une copie parfaite devant leurs fidèles supporters pour espérer. Tant bien que mal. #Strasbourg sport