On a déjà vu une bien meilleure équipe d'Allemagne que celle de ce mercredi soir face à l'Australie. Même si le onze de base était remodelé avec plusieurs cadres laissés au repos, elle devra montrer un autre visage, ce week-end, en Géorgie dans le cadre des qualifications pour l'Euro 2016. Tout avait pourtant bien commencé pour les hommes de Joachim Löw. Dès le quart d'heure, Khedira s'est engouffré dans la défense australienne pour servir idéalement Reus (1-0). Le buteur du Borussia Dortmund n'avait plus inscrit de buts pour la Mannschaft depuis son doublé le 26 mars 2013 contre le Kazakhstan. Avec un beau jeu exécuté de passes courtes, les Allemands ont donné l'impression de maîtriser les débats.

Publicité
Publicité

Mais c'était sans compter sur le réalisme des Socceroos, rappelons-le, champions d'Asie.

La montée décisive de Podolski

Après un début de match correct, les Australiens ont laissé la maîtrise du jeu à leurs hôtes. Mais juste avant la pause, Burns a adressé un centre parfait sur la tête de Troisi qui a rétabli l'égalité. Grosse stupeur dans le stade de Kaiserslautern qui a accueilli cette rencontre devant 50 000 spectateurs. Mais à vrai dire, la défense à trois, expérimentale, n'a pas vraiment été à la hauteur avec une certaine lenteur dans le chef des Badstuber, Höwedes et Mustafi. Rudy a d'ailleurs remplacé le premier cité au retour des vestiaires. Une reprise glaciale pour les champions du monde. Après cinq minutes de jeu, Jedinak, le capitaine, a envoyé un coup-franc magistral dans le but de Zieler, gardien d'Hanovre et substitut de Neuer.

Publicité

A juste titre, l'inquiétude pouvait se lire sur le visage de Löw. Surtout que trois minutes plus tard, Troisi est parti tout seul au but mais sa frappe, trop croisée, est passée de peu à côté. Troisi, quel poison pour les défenseurs allemands !

Derrière, le gardien brugeois, Ryan, a dû sauver les meubles. Sans solution, le coach local a alors décidé d'injecter du sang neuf, dont les montées de Podolski et Schürrle. Choix payants ! Car c'est du banc qu'est venue la différence. A dix minutes du terme, ce dernier s'est infiltré dans le rectangle pour servir Podolski qui a rétabli l'égalité. Le joueur de l'Inter aurait même pu donner l'avance aux siens à deux reprises en toute fin de match. Mais cette rencontre s'est donc terminée sur un score nul, deux buts partout. Cette Allemagne-là devra montrer un autre visage en Géorgie. Mais avec le retour de ces cadres laissés au repos, elle ne devrait pas trop rencontrer de problèmes pour hausser son niveau de jeu. #Football