L'Angleterre a son nouveau « Prince Harry ». Mais sur un terrain de #Football cette fois. Et non dans la « british family ». Vendredi soir, alors que les Anglais affrontaient les Lituaniens, il est monté au jeu à la 72ème minute pour fêter sa première sélection et il a inscrit un but à la…73ème. Vous lisez bien, une minute après sa montée au jeu, il a marqué le quatrième but de son équipe pour confirmer la plantureuse victoire. « C'est une immense fierté de fouler la pelouse et de marquer tout de suite. C'est un rêve qui devient réalité », a expliqué le joueur après le match. Il est un peu le buteur que toute l'Angleterre attend. « Je suis ravi pour lui », a d'ailleurs indiqué Wayne Rooney, également buteur vendredi.

Publicité
Publicité

Harry n'a pas toujours connu le succès qui est actuellement le sien. Entre 2011 et 2013, il a été prêté quatre fois dans des petits clubs anglais. Mais à force de travail et d'abnégation, il est arrivé sur le devant de la scène. « C'est une forte personnalité. En une saison, il a pris une autre dimension. C'est une machine à courir et à défendre », a expliqué son équipier chez les Spurs, Hugo Lloris. Mais également une machine à marquer, avec trente buts toutes compétitions confondues, juste derrière les monstres que sont Ronaldo et Messi.

Il a grandi à Tottenham

Où s'arrêtera-t-il donc ? Surtout qu'il a déjà marqué dans des rendez-vous importants à Londres, contre Chelsea et Arsenal, soit les deux plus grands rivaux de Tottenham. Contre ces deux équipes, c'est carrément un doublé qu'il a inscrit.

Publicité

« Je prends beaucoup de plaisir à jouer au foot pour le moment », a encore expliqué le jeune joueur de 21 ans. Qui a grandi à quelques encablures du stade de White Hart Lane, où évolue Tottenham dans le Nord de Londres. Il prend tellement de plaisir que ses performances lui ont valu une place de titulaire dans l'effectif actuel. Exit donc les Soldado et Adebayor. Quelle performance ! La question est de savoir s'il arrivera à rééditer ses performances sur la durée ou si ce n'est qu'un feu de pailles. Hugo Lloris est convaincu de la première option. « C'est une bête de travail », confirme-t-il. Comme pour expliquer que sa réussite n'est pas le fruit du hasard. Les supporters anglais attendent en tout cas avec impatience le mois de juin prochain pour peut-être encore le voir à l'œuvre en Slovénie. Un nouveau « Prince Harry » est né. Et toute l'Angleterre s'en réjouit.