Neymar, Benzema, Thiago Silva, Griezmann… Difficile de faire affiche plus alléchante que ce France - Brésil. Amicale ou non, la confrontation entre les deux rivaux reste toujours dans les mémoires. Du triomphe en 1998 à la déroute de 2013 en passant par l'exploit de 2006, rarement l'équipe de France n'a connu autant d'émotions que lors d'un France - Brésil.

Deschamps/Dunga, comme on se retrouve !

Depuis 1930, les Bleus et la Seleção se sont affrontés à quinze reprises. Et si les Brésiliens mènent six victoires à cinq (contre quatre nuls), les dernières rencontres officielles ont été de réels cauchemars pour eux. D'ailleurs, lors de ses quatre derniers matches à domicile face au Brésil, la France est invaincue (2 victoires, 2 nuls).

Publicité
Publicité

Toutefois, les Auriverde se sont nettement imposés (3-0) lors de la dernière confrontation à Porto Alegre, le 9 juin 2013. Loin de ces statistiques et de l'engouement autour de ce match, le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps ne souhaite pas autre chose qu'une victoire pour préparer sereinement des échéances plus importantes.

« Il faut continuer notre progression face à une équipe très brillante, explique-t-il. Beaucoup de joueurs seront concernés sur les deux matchs. Avec seulement trois jours de récupération, il y aura beaucoup de changements entre le Brésil et le Danemark. On a peu de matchs donc il faut commencer l'année comme on a fini la dernière. Il faut garder l'état d'esprit affiché en 2014 avec l'objectif de préparer l'Euro 2016. » Du côté auriverde, le sélectionneur Dunga, qui lui aussi était présent lors de la finale en 98, veut faire oublier le 7-1 infligé par l'Allemagne lors des demi-finales de la dernière Coupe du monde.

Publicité

« Il a fallu aider les joueurs à retrouver la confiance, concède celui qui vient de revenir à la tête de la Seleção à la place de Luiz Felipe Scolari. Leur montrer à quel point ils sont bons. On a affaire à des êtres humains qui ont affronté un flot de critiques incroyables. Je souhaite que mes joueurs aient une mentalité de gagnants. »

La vague française contre le chantier brésilien

Du côté français, nous n'avons pas à nous plaindre de la nouvelle génération qui va porter l'équipe pendant quelques années. « Je pense que c'est la meilleure génération depuis longtemps, nous a confirmé le président de la Fédération française de #Football, Noël Le Graët [VIDEO]. Et il est possible d'en voir de nouveaux d'ici 2016. Il faut leur faire confiance. » Pour autant, Didier Deschamps sera privé de Paul Pogba et Hugo Lloris tous deux blessés. « Ce n'est jamais évident de se passer de deux joueurs comme eux, regrette le sélectionneur. Cela ne tombe jamais bien mais cela vaut mieux aujourd'hui qu'en mai 2016. » Le Brésil, en revanche, ne semble pas être aussi fort que les années précédentes.

Publicité

Neymar apparaît bien seul. Et c'est Dunga qui le dit au journal brésilien O Globo peu avant les fêtes de fin d'année. « Avant, nous avions des joueurs qui étaient des références en Europe, a-t-il lâché. Aujourd'hui, personne ne sort du lot, mis à part Neymar. On n'a plus de joueurs capables de ralentir et de comprendre le jeu, de donner la cadence. Ça dérange de voir que le foot brésilien en est arrivé là. »

Benzema/Neymar : qui sera le meilleur ?

France - Brésil sera donc l'occasion de voir deux joueurs en très grande forme sur le terrain. D'un côté, Karim Benzema qui brille sous les couleurs du Real Madrid. Meilleur joueur lors du clasico perdu contre le Barça (1-2), dimanche, l'ancien Lyonnais prend ses responsabilités au sein du groupe France. C'est d'ailleurs le danger numéro un d'après les joueurs brésiliens. « Pour moi, il fait partie des meilleurs joueurs et des meilleurs attaquants du moment, estime le défenseur Paolo Miranda. C'est un joueur qui bouge beaucoup, qui a une qualité technique impressionnante. Pour marquer un joueur de ce talent, il faut être très bien organisé et avoir beaucoup d'attention. » Pour la charnière centrale des Bleus, qui devrait être composée de Mamadou Sakho et Raphaël Varane, c'est Neymar qu'il va falloir contenir. Avec déjà 26 buts cette saison, la star de Barcelone semble en pleine possession de ses moyens. Et, lui aussi, s'est révélé très dangereux lors du clasico.

Si cela ne reste qu'un match amical, France - Brésil ne devrait manquer ni de buts, ni d'actions spectaculaires. Pour le plus grand bonheur des supporters.