Sebastian Vettel a montré qu'il n'avait rien perdu de ses qualités de tacticien, sachant gérer sa course avec précision. Ferrari lui a fourni une voiture performante et une bonne stratégie de course. L'Allemand, très content de son résultat pour sa deuxième course, confiait en parlant de sa Red Bull de la saison passée : "L'an dernier je pense que nous avions une très bonne voiture, mais je n'arrivais pas à en tirer de la performance. Ma voiture cette année ?J'ai l'impression qu'elle me convient très bien..."

Mercedes a été battu à la régulière, sur pas grand-chose, avec peut être quelques petites erreurs tactiques pour la voiture de Lewis Hamilton.

Publicité
Publicité

Nico Roseberg n'a, lui, jamais été à même de disputer la place de leader.

Ferrari devient donc le concurrent direct des Mercedes au détriment des Williams de Felipe Massa et Valtteri Bottas. Celles-ci se montrent capables de bonnes performances, mais sont trop souvent victimes de petites erreurs au stand ou de stratégie, qui finissent par couter cher à l'arrivée.

Les Red Bull connaissent toujours de gros problèmes et se retrouvent au final à un tour de Vettel. Les temps changent... Mais ce n'est que la deuxième course de la saison alors Daniel Ricciardo et Daniil Kvyat vont surement réagir.

Par contre la petite soeur Toro Rosso va bien avec sa "classe biberon". Les deux "rookies" se sont classés juste derrière les ténors du plateau, Max Verstappen 7ème et Carlos Sainz Jr 8ème. Les ingénieurs ont apparemment bien réussi le compromis châssis/moteur.

Publicité

Chez Lotus, sans son accrochage Romain Grosjean aurait peut-être fini dans les points alors que Pastore Maldonado a abandonné. Il y a encore du travail à faire pour être dans le Top 10.

Les courses se suivent mais ne se ressemblent pas chez Sauber. Chanceux à Melbourne avec les différents ennuis des autres écuries, à Sepang la chance n'était pas au rendez-vous. Marcus Ericsson a visité le bac à graviers dès le premier tour pour y rester, provoquant la sortie de la voiture de sécurité. Le jeune Felipe Nasr, auteur lui de la touchette sur la Ferrari de Kimi Räikkonen dans le premier tour, a provoqué la crevaison de la Ferrari et a terminé 12ème.

À Force India, l'incorrigible Sergio Perez a eu une fois de plus des problèmes, cette fois-ci avec Grosjean et a écopé d'une pénalité de 10' pour une 13ème place finale. Nico Hülkenberg termine, lui, 14ème.

McLaren Honda cherche, de son côté, toujours les bons réglages. Fernando Alonso n'a pas été bien loin en course, réduit à l'abandon et si l'on a cru un moment que Jenson Button allait finir dans les points, cela n'a pas été le cas, avec également un abandon.

Publicité

Enfin Manor, qui avait reçu l'autorisation spéciale des commissaires de participer à la course bien que n'ayant pas été dans les temps qualificatifs, n'a finalement présenté qu'une seule voiture au départ. Celle-ci a rejoint l'arrivée, même si elle comptait trois tours de retard sur le premier.

Les "news"

La bonne nouvelle annoncée juste avant ce Grand Prix est, sous réserve de l'accord de la FIA, le retour au cota de moteur de l'année dernière, c'est-à-dire cinq moteurs. Cependant les écuries ont peur de voir une avalanche de pénalités tomber car plusieurs voitures ont du, avant cette deuxième course, déjà changer un moteur.

Autre information, Ferrari a décidé d'investir 100 millions de plus pour dynamiser l'écurie, ce qui amène son budget F1 à 370 millions d'euros cette saison. Après Mercedes qui l'année dernière avait aussi mis une sérieuse rallonge au budget, la Scuderia fait donc de même.

#Automobile