Dans le milieu du #Football hexagonal, on ne parle que de ça. Cette victoire incroyable des Marseillais au Stadium. Jeu, set, et match ! Oui mais voilà, si l'OM rit, Toulouse pleure. Et il faut peut-être également songer à cette pauvre équipe qui aura sans doute du mal à se remettre de cette gifle reçue vendredi soir. Au passage, les Marseillais peuvent encore remercier leur buteur belge Batshuayi, auteur de son deuxième doublé de la saison.

Alain Casanova, abattu mais pas résigné, aura du pain sur la planche pour maintenir son équipe en Ligue 1. Difficile pour le maître à bord de venir s'expliquer quand le navire coule.

Publicité
Publicité

Mais l'entraîneur local n'a pas zappé son obligation. Bien évidemment, il n'a pu que revenir sur l'entame de match catastrophique de son équipe. « On a vécu un début de match très compliqué. Nous avons tout de suite été pris à la gorge », a-t-il expliqué. De fait, Batshuayi a déjà ouvert le score après deux minutes d'une superbe frappe du gauche. Et Aloé a dévié une frappe de Mendy dans le but après…sept minutes de jeu. « La première fois, nous avons été trop faibles dans le duel et sur le deuxième but, il y a un peu de réussite ». Pourtant, loin de lui l'idée de chercher des excuses. « Nous avons été tout simplement trop faibles face à une équipe qui se devait de gagner après sa défaite à domicile. L'OM a fait ce qu'il fallait au début en profitant de nos faiblesses. Quand vous êtes menés deux buts à zéro, le match devient très compliqué. On a envie de revenir mais on se désorganise. A quatre-zéro à la mi-temps, la messe est dite ».

Publicité

« J'ai le club dans la peau »

Comme le dit Alain Casanova, il n'y a plus rien à espérer quand vous remontez sur la pelouse. Et de plus, le score s'est aggravé. Ce qui va laisser des traces. « Il y a deux choses douloureuses dans cette défaite. Sur le plan mental et de la confiance, ça va laisser des séquelles. Mais également sur le plan du goal-average, c'est une très mauvaise soirée. Il faut se laver les têtes rapidement ». Un match capital attend en effet les Toulousains la semaine prochaine face à Lens. « C'est un match très important ! Et si on paraissait plus solides depuis quelques semaines avec de la cohérence dans notre jeu à domicile, ce match nous a ramenés à la raison ». Mais l'entraîneur donnera tout. « Ce sera dur jusqu'à la fin mais j'y crois énormément. Il reste dix matchs avec quatre à cinq victoires à aller chercher. Ce club, je l'ai dans la peau et je donnerai mon cœur et mon âme ». Toulouse est relégable et pointe à la 18ème place avec 29 points.