Au terme d'un scénario incroyable le Paris Saint-Germain tient sa revanche ! Les Parisiens ont obtenu leur qualification face au Chelsea de José Mourinho qui l'avait pourtant éliminé l'an passé dans des circonstances similaires.

Tout d'un scénario catastrophe

Hier, le #PSG se présente dans l'enceinte de Stamford Bridge avec l'obligation de marquer afin d'assurer sa qualification pour les quarts. Tout débute très mal, avec dès la demie heure de jeu, l'expulsion sévère de Zlatan Ibrahimovic. La star suédoise est jugée coupable d'un tacle plus spectaculaire que dangereux sur le milieu de terrain brésilien des Blues, Oscar.

Publicité
Publicité

Après un nul 1-1 concédé à domicile au match aller, les Parisiens se retrouvent dans une situation encore plus délicate: il faut désormais marquer au moins un but sans en encaisser, et ce, en évoluant en infériorité numérique. C'est pourtant un PSG à fière allure que l'on voit évoluer sur la pelouse londonienne. Edinson Cavani manque d'ailleurs de concrétiser la domination technique des Parisiens avec une frappe s'échouant sur les montants d'un Thibaut Courtois heureux de voir la balle longer sa ligne de but.

Devant un Chelsea peu inspiré offensivement, le PSG bute sur l'une des défenses les plus solides d'Europe, et finit par céder à 10 minutes de la fin, sur l'une des rares incursions londonienne dans la défense parisienne. A la suite d'un corner en faveur de Chelsea, le défenseur anglais Tim Cahill profite d'un cafouillage dans la surface de réparation parisienne: il trompe Salvatore Sirigu d'une frappe à bout portant.

Publicité

1-0 pour les Blues (81')

De grandes ressources mentales

Menés 1-0 à dix minutes du terme, peu de gens auraient parié sur un revirement de situation. Mais moins de 4 minutes après avoir encaissé un but synonyme d'élimination, l'ex défenseur de Chelsea David Luiz (transféré au PSG l'été dernier), marque sur corner d'une tête rageuse, propulsant le ballon dans la lucarne des Blues (85'). Au termes des 90 minutes, le score est identique à celui du match aller: 1-1... Place aux prolongations !

Oui mais voilà, le sort semble s'acharner sur cette équipe parisienne: Thiago Silva, défenseur et capitaine du PSG se rend coupable d'une main dans sa surface de réparation: l'arbitre désigne le point de penalty. Eden Hazard, ex pensionnaire de ligue 1 faisant aujourd'hui les beaux jours de Chelsea marque. Les 15 premières minutes de la prolongation s'achèvent sur ce score de 2-1.

"Quinze minutes"...Quinze petites minutes: voici ce qu'il reste à un PSG diminué physiquement, payant les efforts fournis à 10 contre 11 durant plus d'une heure de jeu.

Publicité

Les Parisiens se ruent à l'attaque, et obtiennent plusieurs situations dangereuses, notamment sur coups de pieds arrêtés. Un premier corner tiré par Ezequiel Lavezzi trouvait la tête de Thiago Silva visiblement désireux de se racheter pour le pénalty causé dans la première moitié des prolongations. Thibaut Courtois se détend bien et dévie la balle. Second corner successif pour le PSG. Motta tire alors une balle à la trajectoire fuyante: Thiago Silva, malheureux sur le premier corner, place une tête hors de portée de Thibaut Courtois: 2-2 (113'). "Stupeurs et tremblements" dans les travées du stade: la joie des 6000 supporters parisiens contraste avec le mutisme et l'incrédulité des supporters de Chelsea. Le PSG s'accroche jusqu'à la fin: 2-2, score final. Paris est qualifié.

Une qualification au goût de revanche

Avec la qualification au bout, cette rencontre fait figure de match référence pour une équipe parisienne certes ambitieuse, mais toujours en quête d'un premier gros coup sur la scène européenne. De plus, ce coup d'éclat est aussi synonyme de revanche: on se souvient qu'il y a un an, le Paris Saint Germain voyait sa qualification s'envoler dans les derniers instants du match retour, au terme d'un scénario catastrophe pour Laurent Blanc et ses joueurs.

Le PSG, grâce à cette prestation aboutie face à Chelsea fait en tout cas taire les nombreuses critiques qui s'étaient abattues sur le club suite à son début de saison mitigé. Quoi qu'on en pense, le Paris Saint-Germain reste le seul club européen figurant encore dans les quatre compétions majeures dans lesquelles il figurait dès le début de la saison: Championnat, Coupe de la ligue, Coupe de France et depuis hier, la Ligue des Champions.

Cette performance est aussi, à bien des égards, la revanche de Laurent Blanc. Le technicien français longtemps raillé pour avoir été un choix par défaut, et critiqué de toutes parts pour les résultats et prestations timorées de son équipe depuis le début de la saison, semble désormais avoir le vent en poupe. "Le Président" comme on l'appelle, est-il tout simplement en passe de permettre au PSG de réaliser la meilleure saison de son histoire?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le PSG va au devant d'une fin de saison excitante, et peut-être, couronnée de succès. #Football