Du côté du Real Madrid, les observateurs se posent certaines questions depuis la défaite de ce week-end à Bilbao. Outre la perte de la première place récupérée par Barcelone, ce qui inquiète les fans, c'est l'inefficacité offensive, depuis quelques matchs, du trio « BBC » Bale, Benzema, Ronaldo. Ce soir, dans leur antre, les hommes de Carlo Ancelotti devront retrouver la forme pour passer en quarts de finale de la Ligue des Champions. Même si l'inquiétude n'est pas de mise avec l'avantage de deux buts forgés lors du match aller.

Carlo Ancelotti, quelque peu mis sous pression par la presse espagnole, saura sans doute trouver les mots justes pour responsabiliser ses joueurs.

Publicité
Publicité

Et il préfère « regarder dans son assiette » plutôt que dans celle de son voisin. « Ce qui est important, ce n'est pas l'équipe que l'on affronte », a-t-il déclaré. « On va juste essayer de jouer notre meilleur #Football. L'an passé, nous avions bien joué contre les équipes allemandes. On verra cette saison. Jouons match après match avec l'objectif de nous qualifier pour les quarts de finale ». Le tacticien italien pourra compter sur le retour du Croate Modric pour ce match. Un retour important pour que le milieu de terrain puisse retrouver une certaine créativité qui lui fait défaut depuis quelques temps. Mais Ancelotti a prévenu que Modric jouerait une demi-heure lors de la deuxième mi-temps, l'objectif étant de le relancer pour qu'il soit fin prêt pour le clasico face à Barcelone, le 22 mars prochain.

Publicité

Un match décisif dans la course au titre. Khedira est également de retour dans le noyau. La question que tout le monde se pose désormais est de savoir si Ancelotti fera encore confiance à son trio offensif ou s'il changera certaines cartes de son jeu.

Di Matteo ne croit pas à une crise

De son côté, le coach de Schalke 04, Roberto Di Matteo, ne veut pas croire à une crise dans le club de la capitale espagnole. « Je ne crois pas à une crise à Madrid », a-t-il confirmé. « J'espère que les médias en sont conscients. Leurs attaquants ne sont pas très en forme mais on aura quand même besoin de beaucoup de chance pour sortir un gros match et se qualifier ». Même s'il ne part pas battu d'avance, le coach italien est donc réaliste. Et sait qu'éliminer le tenant du titre, même en moindre forme, sera, si pas une mission impossible, au moins très difficile.