Un vrai derby ! Historiquement, les rencontres entre le SC Bastia et Nice sentent le souffre. Et le match de ce samedi n'a pas fait exception. Dès le début de la rencontre, la poudrière du Furiani s'est enflammée avec des supporters en folie, des fumigènes, des chants anti-niçois...

Bref jusqu'ici rien de vraiment surprenant lors d'un derby qui s'annonçait très chaud. D'autant plus que lors du match aller, une polémique était née après la victoire corse et la présentation au public du drapeau corse, la Bandera à tête de Maure, par le gardien remplaçant Jean-Louis Leca. Une démonstration de joie qui avait été perçue comme une provocation par les joueurs et supporters niçois, ce qui avait engendré quelques échauffourées...

Publicité
Publicité

Ce match retour s'annonçait donc tendu et dès le coup d'envoi on a senti que l'engagement allait être total de la part des deus équipes. A ce petit jeu, Nice a perdu avec deux cartons rouges récoltés en 90 minutes sans qu'il y ait matière à crier au scandale. Une infériorité numérique qui a couté cher aux Niçois qui sont repartis sur la Cote d'Azur avec 0 point dans les valises.

Deux interruptions de match

Bastia aurait donc pu (dû) se féliciter de ce bon résultat mais les Corses risquent de payer cher cette soirée. En effet, une fois encore l'ambiance de Furiani a été un peu trop chaude pour les arbitres qui ont décidé d'interrompre le match très brièvement à deux reprises. La première fois parce que le Niçois Eric Bauthéac ne pouvait tirer un corner sans prendre des bâtons de fumigènes sur la tête et la seconde pour demander aux supporters d'arrêter de lancer un ballon sur Mouez Hassen, le gardien niçois à chaque fois qu'il s'apprêtait à dégager.

Publicité

Rien de bien méchant en réalité mais avec les antécédents du Sporting, ces agissements vont certainement coûter  très cher au club. Et pour cause, le SCB était sous la menace d'un match à huis clos avec sursis et surtout d'un point de retrait au classement avec sursis, suite aux incidents survenus lors de la réception d'Evian-TG. Nul doute que la Ligue ne va pas faire de cadeau au Sporting et va faire rapidement tomber ces sursis, voire aggraver les sanctions. Maintenant reste à savoir si ces sanctions vont fragiliser le groupe de Ghislain Printant qui réalise une année 2015 fantastique ou si au contraire cela va encore surmotiver les Bastiais à renverser les montagnes.

A commencer par la plus grande d'entre elles, le PSG lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 11 avril au Stade de France. Une seule certitude , là-encore le SCB sera poussé par "I Populu Turchinu" (le Peuple Bleu) avec plus de 20 000 corses attendus pour assister à un éventuel exploit de leurs joueurs au maillot frappé de la tête de Maure... #Football