Caramba, 20 jours plus tôt c'était à nouveau la cata chez les Blauw en Zwart. Victor Vazquez, son joueur clé, se blessait une nouvelle fois au cours du match les opposant à Mouscron-Peruwelz. Ce coup-ci, les ligaments de la cheville étaient en cause. Après sa blessure au genou puis au doigt, c'était déjà la 3eblessure du meneur de jeu cette saison. Sept à huit semaines d'indisponibilité étaient envisagées, une véritable catastrophe en vue des Play-Offs, des matchs européens et de la finale de la coupe. Mais ça c'était avant ! Car depuis, bruges a semblé trouvé des solutions. A tel point qu'on ne parle finalement que très peu de l'absence de l'Espagnol, même s'il pourrait être de retour plus tôt que prévu… Explications !

Refaelov, Vormer, Claudemir et de Fauw pour le « remplacer »

Comme il l'avait fait après la première blessure au genou de l'Espagnol, Michel Preud'homme a d'abord choisi de replacer Refaelov dans une position plus centrale.

Publicité
Publicité

Un joueur au profil semblable que Vazquez mais qui reste toutefois plus à l'aise sur le flanc. Un intérim réitéré ces derniers temps et souvent avec succès mais qui a fini par poser un problème. Ou plutôt de déplacer le problème initial ! Gedoz et/ou Izquierdo se blessant à leur tour, les flancs brugeois se montraient un peu trop légers. Refaelov devait donc retourner à sa place initiale !

MPH a lors opté pour une autre solution : un entrejeu beaucoup plus musclé et défensif accompagné d'un jeu plus direct. Vormer, Claudemir et De Fauw se relayant au milieu de terrain, accompagnés comme d'habitude par l'inusable Timmy Simons. Un schéma de jeu que l'entraineur brugeois estimait totalement inadapté à son équipe il y a quelques mois encore mais qui s'est au final avéré payant. Après le 1 sur 9 en championnat, Bruges s'est en effet parfaitement repris en réalisant un joli 9 sur 9 pour clôturer la phase classique. Tout en battant par deux fois les Turcs du Besiktas. Un superbe exploit acquis en partie grâce à cette nouvelle approche.

Publicité

Moins léchée qu'en première partie de championnat, cette nouvelle tactique n'a qu'un seul but : la victoire !

Back to basics: engagement, collectif et mental

Mais si les Blauw en Zwart évoluent désormais avec un entrejeu plus musclé, c'est toute l'équipe qui travaille sans relâche. A l'image par exemple d'un Refaelov qui s'est arraché sur chaque ballon en Turquie. L'ailier se retrouvant parfois en position de back droit… Une nouvelle attitude contre nature pour lui mais ô combien précieuse pour le collectif.

Autre héros du match face à Besiktas : Tom de Sutter. Le puissant attaquant, pas toujours à la fête lors des petites combinaisons couramment utilisées en présence de Vazquez, a signé une nouvelle prestation de grande qualité en Turquie. Inscrivant au passage un but dans style jusqu'au-boutiste qui n'appartient qu'à lui. Tomeke semble plus à l'aise dans une configuration plus directe et physique et son regain d'efficacité n'est sans doute pas un hasard.

Enfin, quand on parle de physique et de mental, comment ne pas mentionner Ruud Vormer. La mobylette hollandaise, infatigable travailleur semble monter en puissance chaque semaine.

Publicité

A l'avant, à l'arrière, à droite, à gauche, il semble parfois se démultiplier sur le terrain. Bref, n'en déplaise aux mauves pour qui l'expression était très à la mode il y a peu, Ruud Vormer semble se muer en véritable box to box !

Mais au-delà de l'engagement et de la volonté de chaque joueur de se sacrifier pour le collectif, c'est le mental des Brugeois qui semble avoir évolué cette saison et ces dernières semaines. Avec comme symbole ultime cette double victoire face à Besiktas. Menés par deux fois, le Club de Bruges n'a jamais semblé paniquer. Très appliqués et sur de leurs capacités, il a réagi brillement en jouant leur propre jeu à chaque fois. Bref, on est très loin d'une équipe perdue sans son meneur de jeu pour la booster, une crainte à demi formulée par la plupart des observateurs au moment de la nouvelle blessure de Vazquez !

Une équipe interchangeable

Alors que Bruges disputera déjà son 50e match de la saison avec la finale de la coupe de #Belgique, un autre fait est à pointer du doigt. Le « nouveau » système de jeu semble plus important que les joueurs. Fini la dépendance à un seul voire à deux joueurs comme quand Vazquez était fit. Désormais les Izquierdo, Gedoz, Refaelov, Storm ou encore Bolingoli se relaient sans cesse.

En attaque c'est la même chose, si De Sutter est en forme, Oulare l'est tout autant. MPH a le choix. Déjà évoqué auparavant, le milieu de terrain suit la même logique. Il n'y a finalement qu'en défense que les options sont un peu moins évidentes. Si au centre Mechele, Duarte et Denswill se partagent les titularisations, les latéraux semblent plus incontournables. Meunier et De Bock peuvent bien sûr être remplacés par De Fauw, Bolingoli ou encore Silva mais au contraire des autres positions, on constatera à coup sûr une perte de qualité.

Ce poste de latéral défensif constitue toutefois l'unique petite exception à la règle. Désormais les joueurs sont interchangeables. L'animation ne repose plus uniquement sur un joueur mais sur un ensemble. Sans que l'on constate une perte de qualité significative.

Et c'est sans doute ce constat qui peut faire penser que la blessure de Victor Vaquez ait été une bonne chose. Le Club de Bruges s'est trouvé un « plan B » et un vrai. Tellement efficace qu'il sera intéressant de voir sir MPH continue ou pas de l'appliquer quand l'espagnol sera rétabli….

Et moins de deux heures avant la finale, on pourrait même dire qu'il importe peu de savoir qui débutera le match ou non. L'animation de jeu brugeoise n'évoluant au final que très peu ! #Football