Après la pause de la Coupe Davis, les joueurs reprennent le chemin des tournois aux quatre coins de la planète. Cette semaine, direction les courts en dur de Californie à Indian Wells, le premier grand tournoi de la saison puisqu'il s'agit ni plus ni moins que d'un Master 1000. Le Big four sera bien présent et on peut donc s'attendre à des matchs de grande qualité dans le désert californien. Surtout qu'au sein de ces quatre premiers joueurs mondiaux, seuls Murray et Djokovic ont évolué en Coupe Davis. On le sait, Roger Federer ne joue plus dans cette compétition et l'Espagne de Rafael Nadal n'était pas présente lors de ce premier tour. L'Espagnol et le Suisse doivent donc arriver frais comme des gardons.

Publicité
Publicité

Mais Roger Federer tempère tout de même, en précisant qu'il y a toujours le besoin d'un temps d'adaptation. « Je dois toujours venir ici et être sûr de m'habituer aux courts dès les premiers jours », a-t-il déclaré. « Après Dubai, j'ai eu une semaine calme donc je pense que les prochains jours seront importants pour moi. Y a-t-il quelque chose que je ne peux plus faire à 33 ans ? Honnêtement, pas vraiment. En 2002, je n'étais pas sûr de mon jeu et j'étais parfois inquiet de passer à travers. Aujourd'hui, je ne pense pas avoir encore beaucoup de mauvais jours. Je sens que je joue très bien ». Le Suisse est à trois victoires de sa…50ème victoire à Indian Wells. C'est dire la motivation qui l'habitera dès le début de la compétition qu'il a déjà remportée à quatre reprises, en 2004, 2005, 2006 et 2012.

Publicité

Trois titres pour Nadal 

Novak Djokovic, lui, tentera de remporter un quatrième titre à Indian Wells. Détenteur du trophée, il avait déjà remporté l'épreuve en 2008, 2011 et 2014. L'année dernière, il avait vaincu Federer dans une finale épique remportée 3-6, 6-3, 7-6. Sûr que le Suisse voudra prendre sa revanche s'il croise la route du numéro un mondial. Quant au numéro trois, Rafael Nadal, il a gagné le titre en Californie en 2007, 2009 et 2013. L'année passée, il avait été battu par l'Ukrainien Dolgopolov dès le troisième tour. Il arrive serein sur le ciment bleu américain. Et a tenu à préciser que le Big four est assez incroyable pour lui. « Novak, Andy, Roger et moi-même, c'est quelque chose de spécial. C'est quelque chose qui va finir mais je ne sais pas encore quand. Dans un, deux, trois ou quatre ans ? En tout cas, nous avons créé un bel exemple pour les générations futures ». Mais cet exemple sera-t-il capable d'être suivi ? #Tennis