Ce dimanche, Santa Clara se transformera en véritable Mecque du catch professionnel. La petite ville de la baie de San Francisco a été désignée pour accueillir WrestleMania, le plus célèbre spectacle sportif organisé par la World Wrestling Entertainment (WWE). Dans l'antre du Levi's Stadium, 70 000 fanatiques venus des quatre coins du globe viendront assister au show extravagant conçu par le millionnaire Vince McMahon. Un rendez-vous aussi populaire aux USA que la finale du SuperBowl où les catcheurs sont élevés au rang de légendes.

Le rendez-vous des légendes du ring

WrestleMania, c'est plus de trente ans d'histoire. La messe annuelle du «divertissement sportif», comme l'appelle son créateur Vince McMahon.

Publicité
Publicité

La première édition date de 1985. Cette année, c'est donc la 31ème. Entre-temps, plusieurs centaines d'athlètes ont brillé sur le ring. Les mêmes noms reviennent en boucle : Hulk Hogan, le Français André le Géant, Undertaker, The Rock, Shawn Michaels, Ultimate Warrior, Batista, John Cena… Des attractions dont les performances et l'aura ont eu tant d'écho que le show-biz hollywoodien n'a pas tardé à leur faire les yeux doux.

Dwayne "The Rock" Johnson, réussite incontestable de cette périlleuse transition, pèse aujourd'hui plus lourd au box-office que Jason Statham ou encore Daniel Craig. Et on ne parle pas que de muscles. Au pays de l'Oncle Sam, WrestleMania est une institution, une date à entourer dans le calendrier, un budget télévisé ou internet pour ceux qui souhaitent le visionner en pay-per-view via le câble ou le WWE Network.

Publicité

En France, la diffusion de ce show est une tradition que la chaîne AB1 entretient désormais avec brio. Retransmise en direct, la grande fête de la corde à linge est animée au micro par les spécialistes Christophe Agius et Philippe Chéreau. Ainsi, WrestleMania 31 commencera sur les écrans français à 1 h 10 dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 mars. Plus de 170 pays suivront le mouvement. Ce gala, c'est un peu comme une finale de Coupe du Monde FIFA !

Brock Lesnar officialise sa retraite des arts martiaux mixtes juste avant WrestleMania

 

Les puristes trépignent d'impatience à l'idée de voir le vétéran Sting (à ne pas confondre avec le chanteur) en découdre avec Triple H, le gendre de Vince McMahon. Les amateurs de combat acrobatique salivent d'avance en imaginant la joute du Championnat intercontinental, prévue avec des échelles en guise d'objets contondants.

Mais l'affiche qui porte tout le prestige de l'événement est bien celle qui oppose le Champion poids lourds WWE Brock Lesnar au challenger Roman Reigns.

Publicité

D'un côté la bête des rings, ancien Champion d'arts martiaux mixtes (MMA) à l'UFC et de l'autre la nouvelle génération, incarnée par un jeune Samoan cousin du Rock. Expérience contre fougue, tel est le duel promis aux spectateurs et téléspectateurs qui ont suivi assidûment les trois derniers mois de compétition.

Si les tendances annonçaient encore récemment un possible gain du titre pour Roman Reigns, une information a cependant bousculé les pronostics. Mardi, sur ESPN Sports Center, le Champion a annoncé qu'il venait de signer un nouveau contrat avec la WWE, coupant court aux rumeurs qui le voyaient reprendre du service en arts martiaux mixtes après WrestleMania : « Mon œuvre dans l'Octogone (ring de l'UFC) est terminée, mais ma participation à WrestleMania ce dimanche ne sera pas la dernière. » Après une année de réflexion, de consultation avec ses dirigeants et sa famille, Brock a choisi le catch. Cette décision relance complètement son implication dans le match de Championnat poids lourds et pourrait bien influencer l'issue d'un duel constellé d'incertitudes.

Le retour attendu de l'Undertaker

Hormis le Championnat WWE, WrestleMania promet d'autres grands moments. La présence de Sting, la guerre USA-Russie entre l'Américain John Cena et le Slave Rusev pour la ceinture des États-Unis, la bataille royale dédiée au Grenoblois André le Géant, l'engagement du chouchou Daniel Bryan dans la course au titre intercontinental, tout est réuni pour que ce dimanche soit une ode au catch professionnel de Vince McMahon. Enfin presque… Pour les fans de la première heure, la fête ne pourra être totale sans un retour triomphant d'un monument de la discipline : l'Undertaker. Invaincu à WrestleMania en 21 apparitions, le fossoyeur s'est incliné l'an passé contre Brock Lesnar. Une défaite ternissant à jamais la «Streak», sa série d'invincibilité.

Vécu comme un cauchemar par les 75 167 personnes réunies au Mercedes-Benz Superdome de New Orleans, ce revers a secoué la planète catch. Une fissure dans l'anthologie de WrestleMania que seul l'Undertaker peut colmater. Son adversaire, Bray Wyatt, est d'ores et déjà prévenu. #Etats-Unis