Conférence Est

(A1) Montréal Canadians 4-2 Ottawa Senators (WC)

La confrontation entre les deux franchises canadiennes a tourné en faveur du favori Montréal. Vainqueurs à l’arraché des trois premiers matchs, dont deux en prolongation, les Canadians se sont reposés sur un effectif très homogène (un seul joueur – P.K. Subban – au dessus de 3 points à l’issue de la série) et sur un excellent Carey Price aux cages (1.94 buts encaissés/match, 93.9% d’arrêts et 1 clean sheet). Du côté des Senators, malgré quatre joueurs cumulant 4 points (M. Zibanejad, E. Karlsson, P. Wiercioch et M. Stone), le retard accumulé en début de série était trop grand à rattraper. Et bien que le gardien Craig Anderson présente des statistiques extraordinaires (0.97 but encaissés/match, 97.2% d’arrêts et 1 clean sheet), Ottawa a du s’incliner devant la domination de Montréal sur la glace (223 tirs concédés contre 198 pour les Senators).

(A2) Tampa Bay Lightning 4-3 Detroit Red Wings (A3)

Alors qu’ils menaient 3-2, les Red Wings ont craqué. Sous l’impulsion d’un Tyler Johnson de feu (7pts dont 6 buts) et d’un Ben Bishop inspiré lors des deux derniers matchs (2 buts encaissés, 1 clean sheet et 96.4% d’arrêts). Surtout, les défenseurs Sustr (+7 en plus-minus) et Hedman (+6 en plus-minus) ont tenu la baraque. Tandis que Détroit s’est effondré offensivement et que Petr Mrazek (92.5% d’arrêts et 2 clean sheet – le seul dans ces playoffs) ne pouvait pas tout faire de l’autre côté de la glace. Pavel Datsyuk (5pts dont 3 buts) était un peu seul, puisque Justin Abdelkader oubliait son rôle de leader d’attaque (2pts seulement) et craquait un peu au niveau de la discipline (8min d’exclusion).

(M1) New York Rangers 4-1 Pittsburgh Penguins (WC)

Le finaliste en titre et vainqueur du Trophée des Présidents (meilleure franchise de la saison régulière) a tenu son rang sur ce premier tour pourtant très accroché. En effet, tous les matchs se sont décidés d’un seul but et les victoires des Rangers lors des matchs 4 et 5 ont été acquises en prolongation. Comme bien souvent, le goal Henrik Lundqvist a porté sur ses épaules son équipe (1.53 buts encaissés par match et 93.9% d’arrêts) tandis que les habituels McDonagh, Nash et Brassard ont cumulé les points (4 chacun). Pour Pittsburgh, dernier qualifié dans cette Conférence, les deux matchs perdus à domicile ont coûté chers et les exploits de Marc-Andre Fleury dans les cages (92.7% d’arrêts) n’ont pas suffi.

(M2) Wasington Capitals 4–3 New York Islanders (M3)

Le match 7 entre les Capitals et les Islanders fut à l’image de cette série : accroché et sans aucun clean sheet. Le duel entre métropolitains a tourné à l’avantage des joueurs de la capitale, qui, comme souvent, se sont reposés sur leurs européens Nicklas Backstrom (6pts dont 3 buts) et Alex Ovechkin (5pts dont 2 buts). Dans cette confrontation assez défensive (16 buts pour Washington, 15 pour New York), les Capitals peuvent remercier leur gardien Braden Holtby (1.63 buts encaissés/match et 94.3% d’arrêts). Du côté des Islanders, la triplette habituelle Tavares (6pts dont 2 buts), Bailey (5pts dont 2 buts) et Leddy (5pts avec 5as) a certes dominée sur la glace mais le match 4 remporté en prolongation par Washington a pesé lourd. Alors qu’il menait 2-1, New York perdait l’avantage du terrain et l’occasion de sonner son adversaire.

Conférence Ouest

(WC) Minnesota Wild 4-2 Saint-Louis Blues (C1)

Comme l’an dernier, Minnesota s’est qualifiée pour les playoffs par la wild card et comme l’an dernier Minnesota a éliminé le champion de la Division Centrale. Il faut croire que la wild card va bien au Wild et particulièrement à Zach Parise (7pts dont 3 buts). Le dixième scoreur de la saison régulière a bien été épaulé par ses coéquipiers Marco Scandella (5pts et +5 en plus-minus) et Mikael Granlund (5pts). Dans une série plutôt offensive (17 buts pour Minnesota, 14 pour Saint-Louis), Shattenkirk (8pts avec 8as) et Tarasenko (7pts dont 6 buts) ont pris feu lors des matchs 2 et 4, remportés par leur équipe du Blues. Mais lorsqu’ils ont été plus discrets, c’est l’équipe toute entière qui en a pâtie.

(C3) Chicago Blachawks 4-2 Nashville Predators (C2)

De l’importance d’un match 1. Surtout lorsqu’il est remporté en prolongations. Le but de Duncan Keith a parfaitement lancé les Blackhawks et le défenseur (7pts dont 2 buts) dans cette série. Par la suite, c’est à chaque fois l’équipe à domicile qui s’est imposée même si Nashville a poussé Chicago dans une triple prolongation lors du match 4. Mais la franchise de l’Illinois a l’expérience des playoffs et les joueurs de grands talents pour remporter ce genre de séries, contrairement aux Predators qui ne s’étaient pas qualifiés pour les phases finales depuis trois ans. Jonathan Toews (8pts dont 3 buts) et Patrick Kane (7pts dont 2 buts) ont dominé Filip Forsberg (6pts), Wilson, Smith, Ribeiro et Neal (5pts chacun) dans une série où les gardiens se sont souvent inclinés (19 buts pour Chicago, 21 pour Nashville).

(P1) Anaheim Ducks 4-0 Winnipeg Jets (WC)

Dans ce qui a été le seul « sweep » du premier tour, la logique a été respectée, chose unique à l’Ouest. Dominateurs dans tous les secteurs, les Ducks ont parfaitement défendu les cages d’un Frederik Andersen inspiré (92.4% d’arrêts). Offensivement, le crédit est à mettre au profit des ailiers droits Corey Perry (7pts dont 3 buts) et Jakob Silfverberg (6pts dont 2 buts et +5 en plus-minus). Les Jets ont payé leur fatigue à s’arracher pour décrocher le dernier spot des playoffs, ce qui s’est particulièrement ressenti lors des troisièmes tiers-temps (un seul but pour Winnipeg dans la série lors de cette ultime période).

(P3) Calgary Flames 4-2 Vancouver Canucks (P2)

Encore une confrontation entre franchises canadiennes et cette fois le classement n’a pas été respecté. Et le scénario de la série entre Chicago et Nashville peut être retranscris ici aussi. Les Flames se sont imposés à Vancouver lors du match 1 pour ne plus rendre l’avantage de la glace. Bien contrôlés en attaque, les Canucks n’ont dépassé les deux buts inscrits que par deux fois. Et la deuxième fois fut durant le match 6 où ils en ont encaissés sept… Avec une équipe très homogène (3 joueurs à +5 de plus-minus), Calgary s’est reposé en attaque sur son centre Jiri Hudler (6pts dont 3 buts) et sur son ailier gauche Johnny Gaudreau (4as), pendant que Jonas Hiller performait de l’autre côté de la glace (93.1% d’arrêts). Du côté de Vancouver, aucun joueur n’a dépassé les 4 points et Eddie Lack s’est loupé dans les cages (88.6% d’arrêts).

Programme des demi-finales de Conférence (la première équipe à l’avantage du terrain) :

Montréal Canadians – Tampa Bay Lightning

New York Rangers – Washington Capitals

Chicago Blackhawks – Minnesota Wild

Anaheim Ducks – Calgary Flames #Hockey