Ce n'est désormais plus une surprise. Les femmes aiment chausser crampons, shorts et maillots pour jouer au football. Et elles commencent aussi à enfiler casque et combinaisons pour conduire une Formule 1. C'est le cas de Carmen Jorda, qui vient de rejoindre l'écurie Lotus F1 Team fin février en tant que pilote de développement (son rôle sera entre autres d'assister aux courses et aux séances d'essais privés, de travailler considérablement dans le simulateur).

Coéquipière du pilote français Romain Grosjean qui roule pour cette même écurie, Jorda sera amenée à effectuer des tests sur la Lotus E23 Hybrid. Elle devient ainsi l'une des femmes à prendre les commandes d'une voiture de F1 après Susie Wolff.

Publicité
Publicité

Cette Ecossaise a été recrutée par l'Ecurie Williams en tant que pilote essayeuse.

Vers un championnat féminin de F1 ?

A l'image des pilotes masculins, Carmen Jorda souhaite qu'un championnat du monde de Formule 1 s'organise avec uniquement des femmes au volant : « De nos jours, nous avons des femmes qui ont leur propre championnat dans la plupart des sports : en football, en tennis, en ski. Dans aucun de ces championnats vous avez des femmes et des hommes qui s'affrontent ensemble. "La question est donc toute simple : pourquoi ne pas avoir un championnat du monde de Formule 1 pour femmes ? Ce serait fantastique s'il pouvait être mis sur pied ! », a précisé la pilote espagnole sur le site officiel de la Formule 1. Bernie Ecclestone, patron de la F1, partage le même avis et avait suggéré lui-même cette idée.

Publicité

La naissance d'un tel championnat attirerait selon elle la venue de potentiels sponsors. Pour l'instant, son écurie Lotus n'a pas prévu qu'elle conduise la F1 sur les pistes.

Le sport automobile pas épargné par les railleries

Mais l'arrivée de Jorda en F1 a provoqué des remous comme dans d'autres disciplines sportives. Et certains hommes du monde automobile n'ont pas hésité à l'égratigner. La pilote de 26 ans a donc dû subir des propos misogynes : « Carmen Jorda ne saurait même développer une pellicule photo alors une F1 hybride... La Formule 1 est une question de talent, pas d'argent ou de positions lascives. », a révélé Rob Cregan, son coéquipier en 2012, sur son compte Twitter fin février.

Pourtant, une femme a réussi à obtenir de points dans un championnat de F1. Il s'agissait de Lella Lombardi qui avait fini à la sixième place lors du Grand Prix d'Espagne en 1975. En dehors de la Formule 1, la pilote Danica Patrick a même démontré qu'elle pouvait gagner des courses dans un championnat de IndyCar (1 victoire en 2008 au Japon).

Publicité

Et briller également en Nascar (pole position en 2013) où elle était opposée à des rivaux masculins.

Au volant de différentes voitures

Fille de l'ancien pilote José Miguel Jorda, il n'est pas surprenant que le bruit des moteurs ait attiré la jeune femme depuis son très jeune âge. Bien avant de mettre un pied en F1, Carmen Jorda a découvert d'autres sports automobiles : participation à des compétitions de karting pendant quatre ans, participation au championnat espagnol de Formule 3 (European F3 Open). En 2010, elle s'envole vers les Etats-Unis pour découvrir le championnat Indy Lights (championnat automobile nord-américain de monoplace). Deux ans plus tard, elle s'engage avec Ocean Racing Technology pour effectuer sa première saison en GP3 Series (trois saisons au total)

Jorda a montré qu'elle pouvait atteindre le niveau d'un pilote masculin lors d'une compétition en karting. Elle a révélé ainsi une anecdote à ce sujet sur le site de la F1 : « Quand j'étais toute jeune, je venais à peine de débuter en karting, j'ai terminé une course sur le podium et le mec qui était troisième a commencé à pleurer. Quand ils lui ont demandé pourquoi, il leur a répondu qu'il pleurait parce qu'il avait été battu par une fille ! C'est la réaction que les hommes ont en sport automobile, peu importe la discipline dans laquelle vous êtes : ils essayent de vous rabaisser ! »

Avec le courage et la détermination dont elle a fait preuve dans les différentes compétitions auxquelles elle a concouru durant sa carrière, Carmen Jorda casse les codes bien que cela déplaise. Comme d'autres avant elles, elle a démontré que les femmes pouvaient occuper une place prépondérante dans le sport automobile. Et si le prochain objectif de Jorda était de multiplier les podiums dans un éventuel championnat féminin de F1 ? A suivre.