Si la Formule E se démarque des autres compétitions automobiles de par son moteur électrique et des ravitaillements d'un genre nouveau, ce ne sont pas là les seules innovations de ce championnat d'un genre nouveau : le format, les pilotes et les interactions avec les spectateurs se veulent aussi "révolutionnaires" ...

Une formule innovante et spectaculaire

Prononcée à l'anglaise, la Formule E devient la Formule « i » comme innovante. Tout d'abord la Formule E innove par son format court. Chacune des 11 manches du championnat se déroule au cours d'une seule et même journée. Deux séances d'essais de 45 et 30 min, suivies d'une séance de qualifs de 55 minutes (40 min effectives en piste) où les pilotes sont divisés en quatre groupes.

Publicité
Publicité

Chaque groupe disposant de 10 min pour effectuer le meilleur temps. En plus de partir 1er sur la grille, le pilote le plus rapide empoche également 3 points au championnat. Il faut signaler que ces trois séances se disputent avec des monoplaces disposants de leur pleine puissance (270 ch. ou 200 kw).

Ce qui ne sera pas le cas en course où la puissance max sera réduite à 150 kw (ou 202,5 ch.). Les points attribués à l'arrivée sont distribués à l'identique qu'en F1 : 1er 25 pts, 2e 18pts, 3e 15pts, 4e 12 pts, 5e 10pts, 6e 8pts, 7e 6pts, 8e 4pts, 9e 2pts, 10e 1pt. De plus, le pilote ayant effectué le meilleur tout en piste durant la course gagnera un bonus de 2 pts.

Le fait que ces courses, qualifications et essais compris ne se disputent qu'en un seul jour n'est pas anodin. Tous les circuits étant urbains et localisés en plein centre-ville des différentes localités visitées, il ne fallait pas les bloquer pendant trop longtemps ! Bref, chaque course correspond un peu au GP F1 de Monaco, de Singapour ou encore de Valence.

Publicité

Pékin (Chine), Putrajaya (Malaisie), Punta del Este (Uruguay), Buenos Aires (Argentine) et Miami (USA) ont déjà été « visitées » par les pilotes de Formule E. Place ce samedi au ePrix de Long Beach (USA) avant que le championnat 2014-2015 n'entame sa dernière ligne droite en Europe en passant par Monte-Carlo (Monaco), Berlin (Allemagne), Moscou (Russie) et Londres (Grande-Bretagne) par deux fois pour le grand Final !

Des pilotes loin d'être des inconnus et même des femmes

Si le championnat de FE n'en est qu'a sa première édition, les pilotes composant son plateau sont eux loin d'être des rookies. De nombreux pilotes passés par la « filière » F1 sont d'ailleurs au volant de ces monoplaces. Nick Heidfeld, Jarno Trulli, Sébastien Buemi, le Français Jean-Eric Vergne ou encore le Belge Jérôme D'Ambrosio en sont les plus connus. Autour de ces pilotes d'expérience, viennent ensuite se greffer de nombreux pilotes qui militaient en Formule Renault 2.0, 3.5, en GP3, en GP2 ou qui étaient et/ou sont toujours pilotes d'essais en F1 ! Signalons encore de grands noms comme Nelson Piquet Jr, Bruno Senna ou Nicolas Prost. Bref, la FE comme la F1 possède en effet beaucoup de fils de.

Publicité

Et le tout donne un plateau très relevé et garantit des courses spectaculaires !

Autre spécificité, la présence de deux femmes au sein des pilotes. Tout d'abord la Britannique Katherine Legge qui milite chez Amlin Aguri et qui a disputé 2 des 5 premiers ePrix. Ensuite, l'Italienne Michela Cerruti pilote au sein de l'écurie Trulli (de Jarno Trulli of course). Elle a de son côté pris part aux 4 des 5 premières manches du championnat.

Aucune de ces deux femmes-pilotes n'a pour l'instant réussi à marquer un point au championnat, mais de nouveau la Formule E s'inscrit dans l'air du temps. Alors qu'en F1 Susie Wolf doit se contenter d'un poste de pilote essayeuse chez Williams, en FE, ces dames se retrouvent sous le feu des projecteurs !

Une Formule interactive et participative

Enfin si comme déjà expliqué auparavant, le spectateur peut suivre en temps réel l'épuisement des batteries de chaque pilote pendant la course, la Formule E va plus loin en rendant l'interactivité entre spectateurs et pilotes possible !

En effet, si le DRS n'existe pas en Formule E, il existe un autre moyen pour chaque pilote de booster temporairement sa puissance et donc sa vitesse maximale ! C'est ce qu'on appelle le Fan Boost ! En clair, tous les fans sont invités à voter sur le site de la FIA pour leur pilote préféré et les trois pilotes qui auront obtenu le plus de votes se verront alors octroyer ce fameux Fan Boost qui leur permettra durant 5 secondes d'augmenter la puissance de leur voiture de 150 kw à 180 kw et ce à n'importe quel moment de la course !

Un concept intéressant et qui a déjà permis de nombreux dépassements, comme celui réalisé par Bruno Senna sur Nicolas Prost à l'ePrix de Putrajaya. Bref si vous voulez aider votre pilote, n'hésitez pas à vous rendre sur le site de la FIA !

Suite de cet article et des spécificités de la Formule E par ici.

Ne loupez pas le direct commenté du ePrix de Long Beach (USA)  que Blasting News vous propose demain à 00h45 du mat , 15 minutes avant le début de la course ! #Automobile