Présente depuis 2008 dans la Division Élite, l'équipe de France de #Hockey sur glace a disputé l'an passé son premier quart de finale depuis 1995. Une performance historique que les hommes de Dave Henderson aimeraient répéter aux prochains mondiaux qui se dérouleront du 1er au 17 mai en République tchèque.

Un exploit obligatoire

Lors du championnat 2014 en Biélorussie, la France se présentait en tant que 13e mondiale et 7e meilleure équipe (sur 8) du groupe A. Pour atteindre l'une des quatre premières places de son groupe, la France se devait donc de battre, a minima, trois équipes mieux classée qu'elle.

Publicité
Publicité

Ce qu'elle avait largement fait ! Victorieux du Canada, de la Slovaquie, de la Norvège et du Danemark, les Bleus n'ont même pas pâti de leur défaite face à l'Italie, la seule nation qui était derrière eux au classement IIHF. Mais même ainsi, la France n'avait obtenu que la 4e place, un seul point devant la Slovaquie. Autant dire que la marge de manœuvre est mince.

Finir 4e : l'objectif

Désormais 12e mondiale, l'équipe de France se retrouve une nouvelle fois dans le groupe A mais en tant que 6e meilleure équipe. Elle devance d'une place l'Allemagne et de quatre l'Autriche, promue de la Division IA. Si, dans ce groupe, la Suède et le Canada ne surprendront personne en atteignant les quarts, la République tchèque sera le troisième gros morceau. Hôtes, les Tchèques seront surmotivés et ne devraient pas manquer le bon wagon.

Publicité

Reste donc la 4e place que devrait se disputer la Suisse, la Lettonie et…la France. Sans filet mais sans complexe, les Bleus savent quelle marche ils ont à suivre.

Le malheur des uns…

Disputé comme chaque année pendant les playoffs de la NHL, le Championnat du Monde de hockey sur glace est privé des joueurs qui font partie des franchises américaines encore en course pour la Stanley Cup. Heureusement pour la France, Antoine Roussel (Dallas Stars) et Pierre-Édouard Bellemare (Philadelphie Flyers) ne se sont pas qualifiés pour la post-season et gonfleront les rangs de l'équipe de France. L'an passé, Roussel avait pesé 11 points et Bellemare 8 ; des performances que la France ne reniera pas cette année encore. Et si la France sera complète à 100%, la Russie sera privée d'Ovechkin, les USA de Kane et Tyler Johnson, le Canada de Toews et Brassard, la Suède de Lundqvist et Zetterberg, et la Norvège de Zuccarello. Pour ne citer qu'eux.