Vaincus à Bordeaux sur la plus petite des marges, l'Olympique de Marseille est bien loin de son titre de champion d'automne et de l'euphorie que cette distinction symbolique avait déclenché sur le Vieux Port.

En Gironde, où ils ne se sont plus imposés depuis 1977, les joueurs de Marcelo Bielsa n'ont pas dérogé à la tradition en ne ramenant pas les 3 points des Bouches du Rhône.

Avec 2 poteaux à leur actif, mais surtout 2 penaltys évidents non sifflés, les Marseillais restent maudits dans le Sud-Ouest, mais surtout, perdent leur place sur le podium aux dépens de l'AS Monaco.

Une faible deuxième partie de saison

En s'inclinant coup sur coup au mois de janvier, d'abord à Montpellier, puis à Nice, sur le score de 2 buts à 1, les hommes du Président Vincent Labrune ont perdu leur place de leader si brillamment acquise entre août et décembre.

Publicité
Publicité

Si une baisse de niveau des joueurs, dans l'ambitieux et exigeant projet de jeu de Bielsa, est à noter, les Olympiens ont ensuite manqué de chance et de réussite, se faisant notamment rejoindre dans les arrêts de jeu à domicile face à Reims, puis à Geoffroy Guichard face à Saint Etienne, avant de s'incliner dans un Vélodrome médusé face à Caen 2-3, après avoir pourtant mené 2-0.

Des erreurs d'arbitrage graves

Enfin, à l'aube du sprint final, les champions de France 2010 ont été lésés de façon grossière par un arbitrage pas à la hauteur de la dramaturgie offerte cette saison en Ligue 1.

Dans le choc décisif de la 29ème journée contre l'Olympique Lyonnais, l'#OM s'est ainsi vu refuser un but valable, la tentative d'Ocampos ayant largement franchi la ligne de but d'Anthony Lopes, le portier Rhodanien.

Publicité

Lors de la 31ème journée, et le Clasico disputé face à l'ennemi juré du Paris Saint Germain, le corps arbitral a omis de siffler penalty, sur une main pourtant décollée du corps de la part de Marquinhos, dans la surface de réparation francilienne.

Enfin, hier soir, Bartolomeu Varela a probablement réalisé l'un de ses pires matchs en tant qu'arbitre principal.

Dans les arrêts de jeu de la 1ère mi-temps, la charge irrégulière de Nicolas Pallois sur Romain Alessandrini à l'entrée de la surface de réparation n'a pas été relevée.

Puis, peu après le retour des vestiaires, à la 53ème minute, une main flagrante de Yambéré suite à une tête de Gignac n'a pas été sifflée, alors que l'homme en noir se trouvait pourtant à 1 mètre de l'action.

Même si le niveau de jeu marseillais a baissé depuis le début de l'année civile 2015, force est de constater que, ces dernières semaines, les interprétations des arbitres ont joué exclusivement en la défaveur du seul club français ayant remporté la Ligue des Champions... #Football