Bien malin celui qui aurait pu pronostiquer la présence du club de la Principauté à ce stade de la compétition en Ligue des Champions.

Bien sûr, dans ce Top 8 européen estampillé 2015, l'AS Monaco fait évidemment figure de surprise et office de petit poucet.

Lors du tirage au sort, nombreux étaient les dirigeants de clubs à vouloir tomber face à l'actuel troisième du championnat de Ligue 1.

Mais les hommes de Leonardo Jardim aiment surprendre, et surtout, font preuve d'une solidarité et d'un sens tactique absolument irréprochables depuis le début de la compétition.

Rien qu'en remportant sa poule cet automne, Monaco avait déjà réussi sa Ligue des Champions.

Publicité
Publicité

En tenant bon de façon héroïque face aux assauts des Allemands du Bayer Leverkusen, en faisant déjouer le Zénith Saint Petersbourg, ou encore en résistant face à Benfica, le vice-champion de France de Ligue 1 en titre a démontré qu'il avait la peau dure.

Mais, c'est face à Arsène Wenger et Arsenal, que les Monégasques ont réalisé leur plus belle prestation.

En s'imposant sur le score de 3 buts à 1 à l'Emirates Stadium au match aller, les coéquipiers de Yannick Ferreira Carrasco ont non seulement été les auteurs d'un exploit majuscule, mais ont aussi assuré leur qualification pour le tour suivant, malgré leur non-match total lors du retour au stade Louis II, sanctionné par une défaite 0-2, heureusement sans conséquences.

Monaco aime les quarts de finale

Les deux dernières fois que l'AS Monaco s'est retrouvée en quarts de finale de la plus belle compétition européenne, elle a dû faire face à des pointures du continent, mais a finalement réussi à s'en sortir de façon admirable.

Publicité

En 1998, contre l'impitoyable Manchester United d'Alex Ferguson, Fabien Barthez et consorts avaient d'abord concédé un bon 0-0 à domicile, avant de créer l'exploit à Old Trafford, en arrachant ainsi le match nul 1-1 grâce à un petit jeune, en la personne de David Trézéguet.

Six ans plus tard, c'est une véritable montagne que les Monégasques ont alors renversé.

Au printemps 2004, le club princier, alors dirigé par Didier Deschamps, se retrouve sur la route des Galactiques du Real Madrid.

Face à Zidane, Ronaldo, Figo, Beckham, ou encore Raul, Ludovic Giuly et les siens s'inclinent d'abord lourdement 4-2 dans la capitale espagnole.

Mais le match retour aura un scénario bien différent.

Mené 1-0 à quelques instants de la mi-temps, Monaco réussit l'invraisemblable exploit de renverser la tendance, et s'impose magnifiquement 3-1, grâce à un doublé de l'inévitable Giuly et une réalisation d'un Fernando Morientes revanchard, alors prêté à l'époque par les Merengues à l'ASM.

Une revanche à prendre

La dernière fois que la Juventus de Turin et Monaco se sont croisés en coupe d'Europe, les choses se sont mal passées côté français.

Publicité

Toujours en 1998, après avoir réussi à éliminer Manchester United, les Monégasques avaient été remis à leur place en demi-finales par des Bianconeri, alors au top de leur forme.

Les Italiens ont vite pris la mesure de leurs adversaires en s'imposant sur le score fleuve de 4 à 1 au Stadio Delle Alpi, avant de gérer leur avantage au retour, qui les verra malgré tout s'incliner 3-2. #Football