Après la belle qualification du Paris Saint-Germain, victoire 4 à 1 au Parc des Princes, hier soir contre les Verts de Saint Étienne, c'était la joie. A la fin de sa conférence de presse d'après match, l'entraîneur du #PSG Laurent Blanc a lâché une bombe. Il a déclaré. " J'attendais la fin de la conférence de presse et le résultat de ce soir pour en parler. Mais il n'est pas impossible que samedi on aligne la CFA en finale. On peut y songer. J'y songe.Vous verrez bien"

Il n'a jamais caché son incompréhension devant l'attitude des hautes instances du football Français. C'est vrai que la performance du Paris Saint-Germain est exceptionnelle.

Publicité
Publicité

A ce niveau de la compétition, être en finale des deux coupes, leader du championnat et quart de finaliste de la Ligue des Champions est une prouesse rare. Quoiqu'il advienne par la suite, ce qui est déjà écrit est formidable. Le reste ne sera que du bonheur...

Zlatan présent face à Bastia

Faire jouer la CFA contre Bastia , pourquoi pas? On peut être sûr que bien des clubs français seraient ravis d'avoir le CFA du PSG à la place de leur équipe première. On peut comprendre le dilemme de Laurent Blanc face aux blessures de David Luiz un élément important de la défense. Tiago Motta et Edison Cavani sont sur la touche également. Avec des matchs de haut niveau à répétition et en fin de saison, le risque de pépins physiques est accru. Laurent Blanc le sait bien et c'est ce qu'il redoute.

Publicité

Mais Zlatan pourra jouer la finale contre Bastia puisqu'il est suspendu pour le match aller de la Ligue des Champions. Si il conserve la réussite d'hier soir , les joueurs de Bastia vont souffrir. C'est intéressant de voir cette équipe, qui certes, possède des joueurs de talent, qui s'est cherchée pendant de long mois, effectuant des prestations souvent bien moyennes, venir en temps et en heure répondre présent aux multiples défis qui lui sont proposés. Pour l'instant c'est un parcours sans fautes de l'équipe et de l'entraîneur Laurent Blanc. Pourtant il en a été dit et écrit des tonnes sur le PSG et ses capacités, ainsi que sur Laurent Blanc... Mais la réalité des choses, c'est sur le terrain qu'elle doit trouver son expression."C'est à la fin du marché que l'on compte ses sous" dit le dicton, nous y arrivons.